Comment les assistants virtuels réorganisent nos vies et bousculent le marketing ?

1138

Comment les assistants virtuels réorganisent nos vies et bousculent le marketing ?

 iProspect et Bing publient un livre blanc sur la nouvelle obsession  des grandes plateformes numériques. 

Ils répondent au nom de Cortana (Microsoft), Siri (Apple), Alexa (Amazon) ou Google Assistant et sont en train de modifier en profondeur notre rapport à Internet et aux services connectés. Passés en un temps éclair du domaine de la science-fiction à une réalité quotidienne, les assistants virtuels sont déjà utilisés par plus de 500 millions de personnes, un nombre qui devrait s’élever à 1.8 milliard d’individus d’ici 20211. À l’aide d’exemples concrets, iProspect et Bing décryptent dans ce rapport ce qui s’annonce comme la nouvelle révolution numérique, tant pour les consommateurs que pour les marques.

Principales implications pour les consommateurs :

Point d’entrée unique vers un monde complexe de possibilités, l’assistant virtuel permet à tout un chacun d’accomplir des tâches très variées d’une simple demande vocale.

1/ Une diminution de la surcharge numérique

Des réponses rapides aux rappels de rendez-vous, en passant par les mises à jour du trafic ou la commande d’un Uber, les assistants simplifient l’accomplissement d’une variété de tâches sans avoir à passer d’une application à une autre ou d’un appareil à un autre.

2/ Des interactions homme-machine de plus en plus naturelles

70% des consommateurs attendent désormais une expérience personnalisée lorsqu’ils interagissent avec des marques2. Les assistants virtuels vont permettre d’atteindre un niveau véritablement individuel de relation.

3/ La simplification des achats

Les assistants virtuels vont aider les consommateurs en les déchargeant des décisions d’achat.

4/ Zéro interface : des interactions sans écran

Si les écrans fixes et mobiles continueront d’être des points de contacts importants, les expériences où le seul vecteur est la voix de l’assistant virtuel vont se démocratiser (30% de la navigation d’ici 20203).

Principales implications pour les marques : l’heure du Marketing to Machines

À moyen terme, les marques ne s’adresseront plus uniquement aux humains, mais devront également parler aux assistants virtuels.

1/ La bataille de la pertinence

Les assistants définiront la publicité à partager avec les consommateurs selon sa pertinence. Aujourd’hui, les marques qui s’efforcent de créer des publicités pertinentes obtiennent les performances les plus élevées. À l’avenir, l’essor des assistants fera de cette pertinence non plus un bénéfice mais une barrière à l’entrée.

2/ Vers une fidélité à la marque par défaut ?

Porte d’entrée vers le consommateur, l’assistant filtrera le bruit et les contenus non pertinents. Lorsqu’un consommateur lui demandera de commander son café, l’assistant se plongera en premier lieu dans l’historique de préférences pour effectuer la transaction qui satisfera le mieux l’utilisateur et la marque de café perçue comme choix par défaut aura de fait un avantage compétitif majeur. Les marques devront ainsi redoubler d’effort pour capturer cette place convoitée.

3/ La voix bouscule les habitudes des moteurs de recherche

Avec plus de la moitié des requêtes effectuées par la voix en 20204, les marques doivent anticiper dès à présent l’impact de ce changement de comportement pour rester visibles aux yeux des consommateurs.

4/ Les bots et les skills, nouveaux bras armés de la relation client

Si l’assistant est le cerveau, les bots et les skills (aptitudes) sont les muscles, exécutant les actions commandées par l’assistant virtuel.

« Les assistants virtuels ne représentent pas seulement un point de contact supplémentaire pour les marques mais modifient en profondeur la manière dont nous accédons à l’information et notre façon de communiquer. Comme pour la révolution mobile, l’essor des assistants signifie de vraies modifications de comportements. »  –  Pierre Calmard, CEO iProspect France