Black Friday je t’aime moi non plus…

17

La 9ème édition française du Black Friday s’achève sur une note peu satisfaisante pour les e-commerçants.

Le Webloyalty Panel, qui regroupe 37 sites e-commerce parmi les leaders Français, enregistre un volume global de commandes en ligne en baisse de 7 % sur le mois de novembre par rapport à l’année 2021.

Si le Black Friday marque toujours le véritable coup d’envoi des achats de Noël, après 9 ans d’existence en France, l’événement commercial connait un recul des ventes de 14% dû à l’inflation.

Face au contexte économique, une édition 2022 moins attractive pour les consommateurs.
Pour cette 9ème édition, le Webloyalty Panel observe une baisse significative des achats en ligne sur l’ensemble des temps forts liés au Black Friday. Le volume global d’achats effectués le jour du Black Friday diminue de 14% et le volume mensuel diminue de 7% par rapport à la période 2021.

Malgré la hausse des prix due au contexte sanitaire, géopolitique et économique, le Black
Friday reste le rendez-vous qui lance les achats de fin d’année et les Français ont été nombreux à attendre les promotions exclusives, qui se font plus en plus rares. Ainsi, selon le Webloyalty

Panel, le volume de transactions ligne sur la journée du vendredi 25 novembre était supérieur de 64% à celui enregistré la veille et de 88% comparé au vendredi précédent (18 novembre).

Seul indicateur en hausse, le m-commerce continue de s’imposer pleinement dans les habitudes des consommateurs avec une proportion de 49% des achats effectués sur smartphone, contre 47% en 2021 et 40% en 2020.

Rodolphe Oulmi, Directeur Général de Webloyalty, commente : « Face à une inflation galopante, l’édition 2022 du Black Friday était attendue au tournant. Après un retour à lanormale post-covid en 2021, 2022 est marquée par un pouvoir d’achat en baisse chez lesménages et des bonnes affaires qui se font de plus en plus rares. L’urgence climatique et les mouvements « anti-blackfriday » qui dénoncent ces périodes de surconsommation, ont également impacté l’engouement des consommateurs français, de plus en plus rationnels et engagés dans leur façon de consommer. Un point d’équilibre entre éco-responsabilité etpouvoir d’achat que nous continuerons d’étudier attentivement che