Comment les consommateurs jugent les marques

102

Baromètre Omnicanal :
Comment s’adapter à l’acheteur post-Covid ?

Les consommateurs jugent les marques : Près de la moitié estime qu’elles n’ont aucune conscience durable et pour 60%, la fidélisation dépend des politiques environnementales pratiquées

Le Baromètre Omnicanal Savanta pour OneStock* vient de paraître et révèle en chiffres l’évolution des préférences des consommateurs européens depuis le début de la crise sanitaire et les nouvelles façons de servir le « shopper » post-COVID. Parmi d’autres fortes tendances identifiées (engouement pour de nouveaux canaux de vente et pour des livraisons de plus en plus rapides, avènement du Click & Collect ou encore des « Dark Stores »), les attentes environnementales des acheteurs se font beaucoup plus complexes et pressantes

Les appels lancés depuis quelques années dans tous les secteurs pour des pratiques plus durables, ne sont plus des signaux faibles : l’éco responsabilité est bien devenue le nouvel impératif commercial des enseignes, comme le démontrent les chiffres exclusifs du Baromètre Omnicanal Savanta pourOneStock* qui vient de sortir.

Quelques chiffres à retenir (tendances communes dans tous les pays et focus sur la France) :

60% des consommateurs français seraient plus fidèles à une marque si elle défendait des pratiques durables (encore plus que la moyenne des Européens avec 52%).

62% estiment que les enseignes pourraient en faire plus pour rendre l’exécution et la livraison des commandes plus « vertes ».

45% estiment que les détaillants chez qui ils font leurs achats n’ont aucune conscience durable.

53% seraient plus enclins à choisir le Click & Collect s’ils étaient informés qu’il s’agissait de la façon la plus écologique de traiter leur commande.

Cependant, au vu de ce niveau d’informations, dans les quatre pays sondés, environ deux tiers des consommateurs seraient moins enclins à payer un supplément pour compenser les émissions de carbone associées à leur commande Click & Collect.

57 % ne sont même pas informés des options de livraison et d’exécution durables possibles pendant leurs parcours d’achat.

Or, 44 % déclarent être prêts à payer davantage leur livraison s’ils avaient la garantie qu’elle soit plus écologique, alors qu’un tiers hésitent encore.

58% des acheteurs sont prêts à attendre plus longtemps une livraison s’ils savent qu’il s’agit d’une option plus écologique. Si la rapidité reste un facteur important (comme l’atteste l’avènement du quick commerce actuellement), elle passe donc au second plan face aux critères de livraison écoresponsable.

60 % ont déclaré que le développement durable ne devrait pas avoir d’incidence sur la vitesse de traitement de la commande (qui est devenue un acquis !)

« Tout ceci démontre que les exigences des consommateurs en matière de rapidité, de praticité et de coût changent dès lors que l’on introduit des alternatives écoresponsables, et les marques qui l’ont bien compris présentent un avantage commercial indéniable », déduit Romulus GRIGORAS, co-fondateur et CEO deOneStock, leader du commerce unifié en Europe.

S’appuyer sur un système de gestion des commandes (OMS) : la condition sine qua non pour un traitement des commandes et une logistique plus verts

« Les enseignes sont aujourd’hui confrontées à un vrai défi. Les consommateurs estiment qu’elles n’en font pas assez et qu’ils manquent d’informations sur les options de livraisons les plus écologiques.  Mais ne veulent pas forcément renoncer à la vitesse d’exécution à laquelle ils sont maintenant habitués.
Les contraintes de coûts son potentiellement plus élevées pour les marques qui veulent bien répondre à ces attentes environnementales complexes », analyse Romulus GRIGORAS, « L’éco responsabilité doit aujourd’hui faire partie intégrante de la gestion et de l’exécution des commandes. En utilisant un OMS, ou système de gestion des commandes, les détaillants peuvent indiquer l’empreinte carbone de la livraison à l’avance, proposer un choix éclairé aux clients selon que ces derniers privilégient la vitesse ou l’impact écologique. Par exemple, le client peut comparer les différents scénarios d’exécution, qu’il s’agisse de la collecte d’un article en magasin ou d’une livraison express à domicile à partir d’un entrepôt. Ce qui permet enfin aux enseignes de planifier leurs expéditions de façon plus durable et aussi rentable.

* Pour télécharger le Baromètre dans son intégralité c’est ici