COMMENT L’INFOX S’EST INSTALLÉE DANS NOS VIES ?

47

COMMENT L’INFOX S’EST INSTALLÉE DANS NOS VIES ?

Découvrez les résultats de l’enquête d’opinion sur le raisonnement critique
et l’étude lancée par la Fondation Reboot
« Le raisonnement critique nous aide à casser nos propres biais, il va également favoriser la croissance de notre économie et renforcer notre démocratie. » Helen Lee Bouygues, Fondatrice de la fondation Rebbot

L’infox plane sur nos vies et l’on ne comprend pas vraiment ce qui s’est passé au pays de Descartes pour en arriver là. Depuis sa création, la fondation Reboot interroge ce sujet qu’elle observe en France comme aux États-Unis.En octobre 2018, la Fondation a lancé une vaste enquête d’opinion*  pour comprendre comment et pourquoi nous en sommes arrivés là. Cette étude a vocation à être renouvelée chaque année et un sondage similaire a été mené aux États-Unis à la même période, selon la même méthodologie, ce qui autorise la comparaison entre les deux pays.

Les 6 leçons du sondage

1. Raisonnement critique, où es-tu ? 
Toutes les personnes interrogées (93 %) jugent le raisonnement critique nécessaire dans le monde actuel, mais 70 % d’entre elles considèrent que les jeunes manquent de capacités de raisonnement critique.

2. Développer le raisonnement critique, qui s’en charge ? 
46 % des parents interrogés se considèrent comme responsables de cet enseignement, 38 % pensent que c’est à l’école de le faire, et 13 % que les enfants devraient l’apprendre eux-mêmes.

3. Enseigner le raisonnement critique, d’accord, mais comment ? 
91 % des personnes interrogées pensent qu’il est important d’enseigner le raisonnement critique à leurs enfants, mais seulement 59 % déclarent savoir comment s’y prendre.

4. Commencer par écouter des avis différents ? 
Seuls 20 % des parents exigent de leurs enfants qu’ils considèrent les avis opposés aux leurs, et seulement un tiers qu’ils discutent de problématiques qui n’appellent ni bonne ni mauvaise réponse.

5. Raisonnement critique, tous incompétents ? 
Les résultats du sondage montrent que 38 % des personnes interrogées ne réfléchissent pas en amont à l’endroit où elles vont chercher de l’information lorsqu’elles effectuent des requêtes, et 36 % ne se réfèrent qu’à une seule source d’information. Plus d’un tiers (35 %) des répondants considèrent Wikipedia, site encyclopédique contributif, comme l’équivalent d’une encyclopédie rigoureusement contrôlée.

6. Faites ce que je dis, mais pas ce que je fais ! 
Alors que 85 % des sondés déclarent important et utile de considérer un point de vue opposé au leur, peu le mettent en pratique. Si 62 % disent rester ouverts à des idées différentes quand ils prennent une décision, 36 % reconnaissent éviter les avis opposés sur les sujets importants, et ils ne sont que 39 % à se confronter à des personnes qui pensent différemment d’eux pour discuter et débattre.

Au fait… qu’est-ce que le raisonnement critique ?

Nous utilisons une définition large du raisonnement critique : il s’agit d’une forme de réflexion qui combine raisonnement, logique et analyse pour comprendre les problèmes et faire des choix. Parmi les éléments clés, on trouve le fait de s’intéresser à des points de vue opposés au sien, celui de s’appuyer sur des preuves, et celui d’accepter le débat.

Des pistes pour sortir du faux pas 

La Fondation Reboot ne s’arrête pas au constat. L’étude apporte des outils et des pistes qui seront creusés dans les mois à venir, et déjà quelques voies se dégagent.

À la maison 
Demandez à votre enfant d’expliquer comment il arrive à sa conclusion sans insister sur les faits. Le plus important est de renforcer sa confiance en soi, de lui apprendre à argumenter, et de lui montrer que personne ne détient la vérité a priori.

À l’école 
– Inspirez-vous de l’initiative de Rose-Marie Farinella (enseignante en Haute-Savoie) qui transforme les élèves de CM2 en apprentis hoax busters dans ses ateliers d’éducation aux médias.
– Pour des élèves plus âgés, intégrez dans les programmes des séminaires ou des projets interdisciplinaires dans lesquels les élèves sont amenés à utiliser des méthodes de raisonnement critique.

Au travail 
– Vous assurez-vous que vos futurs collaborateurs ont des aptitudes au raisonnement critique lors du recrutement ?
– Envisagez une organisation de votre entreprise moins cloisonnée, moins verticale ; encouragez vos collaborateurs à remettre en question les méthodes et à imaginer de nouvelles manières de travailler.

Pour soi 
– Pratiquez la métacognition, c’est-à-dire réfléchissez à votre manière de penser.
– Posez-vous et posez beaucoup de questions ; adoptez une méthode socratique et mettez les hypothèses à l’épreuve.
– Adoptez une approche méthodique : posez-vous pour réfléchir, affinez le problème puis ouvrez le champ de la réflexion en vous posant beaucoup de questions, rassemblez des preuves et des faits, puis réfléchissez et mettez en perspective en écoutant d’autres points de vue.

France / États-Unis, nous sommes plus proches que ce que nous pensions 

Globalement, les attitudes et les comportements sont les mêmes de part et d’autre de l’Atlantique, et l’idée reçue qui voudrait que les Français soient les champions de l’esprit critique n’est pas particulièrement validée par les résultats de notre enquête.

Quelques nuances existent cependant :
– 22 % des Américains contre 13 % des Français pensent que les enfants doivent acquérir leurs compétences de raisonnement critique par eux-mêmes ;
– dans les deux pays, plus de 85 % des sondés déclarent qu’il est important et utile de considérer le point de vue opposé lorsque l’on s’intéresse à un sujet. Mais si 39 % des Français disent se confronter à des personnes qui pensent différemment d’eux pour discuter et débattre, moins d’un quart des Américains s’intéressent à des opinions qui questionnent les leurs. À l’inverse, 36 % des Français reconnaissent éviter les avis opposés sur les sujets importants, pour seulement 24 % des Américains.

Lire l’étude complète

LAISSER UN COMMENTAIRE