Comprendre les perceptions, les usages et les attentes des françaisvis-à-vis des enceintes intelligentes

174
Concept of home intelligent voice activated assistant with voice command icons. 3D rendering concept of hi tech futuristic artificial intelligence speech recognition technology.

ENCEINTES INTELLIGENTES :
CE QU’EN PENSENT,
CE QU’EN ATTENDENT,
ET EN FONT LES FRANÇAIS

Alexa est l’assistant personnel intelligent développé par Amazon. D’après le géant du e-commerce, Alexa arrivera bientôt en France accompagné d’Echo, une enceinte contrôlée par la voix qui permet à l’utilisateur de s’adresser directement à Alexa. Alors que le marché des enceintes intelligentes est en plein essor outre-Atlantique, où en est le marché français ?
Pour répondre à cette question, h2\ a mené une enquête exclusive auprès d’un échantillon représentatif de 1 458 français pour mieux comprendre leurs perceptions, leurs usages et leurs attentes vis-à-vis des enceintes intelligentes.

Les résultats montrent :

  • Un recours à la voix qui continue à s’installer : un recours à la voix régulier qui concerne plus d’un français sur cinq, et un usage quotidien qui touche 6% des français
  • Un taux de possession d’une enceinte intelligente faible, mais un vrai potentiel d’adoption : 6% des français en possèdent actuellement, 12% ont l’intention d’en acheter une dans les 12 mois à venir, et encore 15% s’y intéressent même s’ils n’ont pas encore une intention ferme d’en acheter
  • Un usage des enceintes intelligentes qui évolue fortement : l’usage actuel reste majoritairement fonctionnel, mais les français se projettent déjà dans un usage plus transactionnel, et s’imaginent même une certaine humanisation de l’intelligence artificielle
  • Des enjeux forts pour les marques ainsi que les distributeurs : le rôle de la marque, le modèle du « search » et les règles de la grande distribution se verront profondément bouleversés par le développement du commerce vocal

Sensibilité à l’usage des données personnelles et la protection de la vie privée

Malgré un recours à la voix qui continue à s’installer et un marché des enceintes intelligentes en phase de décollage, les français restent très majoritairement sensibles à l’usage de leurs données personnelles et à la protection de leur vie privée.

La méfiance de la montée en puissance des « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon), la série de scandales concernant Cambridge Analytica ou encore l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) engendrent une forte présence à l’esprit autour de l’usage des données personnelles et la protection de la vie privée.

Notre sondage révèle que parmi ceux qui ont entendu parler des enceintes intelligentes, 6 personnes sur 10 déclarent qu’elles représentent une menace pour la vie privée. Une question qui est transverse puisque même les possesseurs sont 52% à le déclarer.

Un manque d’utilité perçu freine l’adoption des enceintes intelligentes

Trois-quarts (76%) de ceux qui ne sont pas intéressés par l’acquisition d’une enceinte intelligente citent un manque d’utilité perçu comme frein principal. Toujours parmi cette population française réfractaire, la grande majorité (soit 84%) perçoivent les enceintes intelligentes comme un « gadget » sans vraie utilité.

Malgré les limites d’usage aujourd’hui, les français se projettent déjà dans des divers usages allant de la simplification du quotidien à une relation plus humanisée avec l’assistant intelligent. Ces évolutions à venir dans un futur proche posent des questions centrales quant aux enjeux pour les marques et pour les distributeurs avec notamment le développement du commerce vocal.

Selon Nicolas Hébert, Associé et Directeur Innovation chez h2\ : « L’évolution du mode d’interaction, déjà en cours chez une bonne partie de la population française, forcera les annonceurs à repenser leurs stratégies SEM/SEO (Search Engine Marketing/Optimisation) en favorisant des requêtes basées sur des intentions humaines. L’exemple phare est celui relayé par Ruhi Sarikaya, directeur d’Alexa Brain, au World Wide Web Conference à Lyon le mois dernier. Il pose la question « Alexa, comment puis-je retirer une tâche d’huile de ma chemise? ». Et Alexa répond : « Voici Tide Stain Remover. »»

Pour Jon Hackett, Associé et Directeur Général chez h2\ : « Traditionnellement, une fois que le consommateur choisit le distributeur et franchit la porte du magasin, il devient consommateur captif. Cette règle historique a perduré pendant plus d’un siècle, même avec la montée en puissance du e-commerce. Or, dans l’univers du commerce vocal, ce modèle est fortement menacé. Lorsqu’on relègue les courses à un assistant vocal, tel qu’Alexa, Siri, ou bien Google, celui-ci peut être libre de faire appel à plusieurs distributeurs, selon la disponibilité des produits, les promotions en cours, ou bien les préférences de l’utilisateur, par exemple. On risque de passer d’un panier « Carrefour » ou d’un panier « Monoprix » à un panier multi-distributeur. »