IA : comment concilier technologie et gestion du capital humain?

134

Enquête IA et RH : la perception et les attentes des DRH

L’IA peut-elle aider les DRH dans leurs missions?
Peut-on concilier technologie et gestion du capital humain
?

Après avoir mené l’enquête en octobre 2019, Axys Consultants, #Hacktivateur de performance a de nouveau interrogé les DRH pour comprendre comment avait évolué leur perception, leurs projets et leurs attentes en matière d’IA.
L’IA en légère progression dans les services RH
L’IA progresse légèrement auprès des DRH depuis la première enquête menée en octobre 2019. Ils sont désormais 13 % à avoir mis en œuvre des solutions d’IA (vs 11%) et 34 % à avoir commencé à travailler sur le sujet (vs 32 %).
Moins de la moitié d’entre eux déclarent que le sujet n’est pas à l’ordre du jour (48 % vs 55 % en 2019).
Les principaux objectifs de déploiement de l’IA: automatisation de la gestion administrative et développement du marketing RH
Comme en octobre 2019, la gestion administrative reste le 1er poste pour lequel les DRH jugent que l’IA est très utile et/ou indispensable en permettant, grâce à l’automatisation, de simplifier et d’optimiser les activités (66 %).
Le développement du marketing RH arrive en 2nde position. On retrouvera cette problématique de la gestion des talents à 2 autres reprises dans le top 6 avec la fidélisation des salariés (54 %) et le recrutement (49 %).
Top 6 des objectifs pour lesquels l’IA est qualifiée de très utile et/ou indispensable:

66 %: simplifier et optimiser la gestion administrative des RH en automatisant les tâches (payes, congés …)

59 %: développer le marketing RH

57 %: protéger les données personnelles et sensibles des candidats/salariés

54 %: développer les programmes de fidélisation des salariés

49 %: recruter les meilleurs profils

49 % ex-aequo: permettre aux salariés de gérer leurs congés, carrière, formation… et donner un feed-back sur l’entreprise grâce à un assistant personnel RH

Les solutions d’IA déjà déployées2021 vs 2019 : les chatbots pour gérer les candidatures se maintiennent en tête
Comme en 2019, la solution la plus fréquemment déployéeest le chatbot/agent conversationnel pour gérer les candidatures (44 %). Suivent les outils d’automatisation qui déchargent les services RH d’un travail à faible valeur ajoutée et leur font gagner du temps, avec notamment, l’analyse et la génération automatisée de documents (37 %) et l’automatisation des tâches administratives (34 %).
Par rapport à 2019, les outils d’analyse et de génération automatisée de documents enregistrent le plus fort taux de déploiement: + 43 %
Les solutions d’IA déployées d’ici à 18 mois: les outils d’automatisation restent les grands favoris
La tendance est à une accélération de l’implémentation des outils d’automatisation.
En effet, d’ici à 18 mois, les services RH devraient être équipés à
:
71 %: outil d’automatisation des tâches administratives (SIRH)
69 %: chatbot/ agent conversationnel pour gérer les candidatures
69 %: analyse et génération automatisée de documents (réponses mail, CR d’entretiens…)
Suivies par:
– 58 %: chabot ou assistant personnel RH via une appli pour que les salariés gèrent leurs congés, droit à la formation, carrière … et donnent un feed back à l’entreprise
56 %: outil de sondage en temps réel des salariés pour améliorer l’engagement et la performance des équipes
53 %: outil d’analyse de données pour le prédictif (pour recrutement, formation, mobilité, GPEC)
L’impact de l’IA pour la fonction: des DRH positifs mais vigilants
Si les DRH sont globalement positifs quant aux impacts de l’IA sur la fonction, ils demeurent tout de même vigilants.

87 % des DRH plébiscitent l’IA pour leur faire gagner du temps grâce à l’automatisation des tâches administratives. Néanmoins, ils sont attentifs aux impacts de l’IA. Ils estiment qu’ils devront être vigilants sur les conditions de travail et le bien-être des salariés suite à son déploiement (76 %). Ils craignent également qu’elle engendre une augmentation notable des demandes de reporting et d’indicateurs de performance RH (75 %).
A noter qu’ils sont beaucoup plus nombreux que lors de la précédente étude 43 % vs 25 % en octobre 2019) à craindre que l’IA déshumanise le métier de RH.
L’impact de l’IA sur l’organisation du travail: bénéfique mais attention à la qualité du lien social
Les DRH sont plus nombreux qu’en octobre 2019 à estimer que l’IA va impacter positivement l’organisation du travail (71 % vs 68 %). S’ils ont conscience qu’elle va nécessiter une montée en compétences des collaborateurs (81 %), elle va également redonner du sens au travail en supprimant les tâches répétitives grâce à l’automatisation (78 %) et assister les salariés pour faciliter leur travail (76 %).
Néanmoins, malgré les avantages qu’ils reconnaissent à l’IA, la moitié d’entre eux craignent ses conséquences sur la qualité du lien social (50 % vs 43 % en octobre 2019).
Les freins au développement de l’IA dans les services RH : les coûts et le sponsoring interne
Les coûts de mise en œuvre constituent le principal frein au déploiement de l’IA, mais en très nette diminution par rapport à octobre 2019 (45 % vs 73 %) comme tous les autres freins identifiés. Il est suivi par un défaut de sponsoring interne (35%). Le manque de formation technique et la culture d’entreprise représentent également des handicaps importants, respectivement pour 24 % et 23% des DRH interrogés.
L’utilité de l’IA bien perçue par les DRH pendant la pandémie
52 % des DRH se sont davantage appuyés sur les solutions d’IA pour les aider pendant la pandémie et 23 % auraient même apprécié en avoir plus à leur disposition.
Le top 5 des solutions d’IA qui se sont révélées utiles et/ou très utiles :
– 70 %: faciliter la gestion administrative (paye, congés, déplacements…)
68 %: revoir les processus d’onboarding
66 %: adapter les formations aux évolutions métiers et/ou passage au e-learning          – 58 %: gérer les mouvements de personnels (reconversion / mutation / démission / licenciement / embauche)
-53% mettre en oeuvre les protocoles sanitaires
Il est intéressant de constater que d’un côté, 50 % des DRH estiment que l’IA pourrait nuire à la qualité du lien social et qu’ils sont autant à déclarer que, pendant la pandémie, elle les a aidés à entretenir le lien social.