Innovation responsable, hybridation, résilience, souveraineté numérique et inclusion : Cap Digital présente sa cartographie des tendances 2020-2021

300

Cap Digital présente sa Cartographie des tendances 2020-2021

Cap Digital publie aujourd’hui sa cartographie des tendances, édition 2020/2021. Véritable observatoire des marchés et des usages du numérique, cette cartographie de 72 pages s’appuie sur l’expertise des 1 000 membres du premier collectif d’innovateurs du numérique d’Europe (start-up, PME, laboratoires de recherche, universités, territoires, grands groupes et investisseurs).

Initiée au crépuscule du « monde d’avant » et rédigée en plein confinement, cette publication de référence remet en perspective les orientations majeures qui se dégagent aujourd’hui sur le terrain, là où se crée l’innovation, où s’opère la transformation numérique et où se relèvent les défis de la transition écologique. Elle révèle en outre comment la crise COVID-19 a agi comme un levier d’accélération dans l’adoption des usages numériques et de cristallisation de tendances de fond (Résilience, hybridation des compétences, inclusion, innovation responsable et à impact, souveraineté numérique européenne etc.) qui nourrissent la vision et les actions de Cap Digital.

« Plus encore que les éditions précédentes, cette « carto » 2020-21 reflète l’ADN de Cap Digital, ce lieu de croisement et construction collective où se retrouvent chercheurs, entrepreneurs et décideurs publics : depuis l’esquisse de stratégies d’action les plus concrètes possibles, jusqu’aux déploiements de projets innovants sur le territoire, nous construisons collectivement, du plus local jusqu’à l’Europe, d’autres futurs possibles. » déclare Charles Huot – Président de Cap Digital.

Six marchés à la loupe

Ville Durable — Urbanité en temps de pandémie tout à réinventer ?

Notre espace urbain, celui du confinement et du déconfinement, va changer de physionomie : comment se le réapproprier, et mieux associer les citoyens à la fabrique de la ville ? Telles sont lesinterrogations, regroupées autour de quatre tendances très structurantes : les nouveaux modèles urbains et leur gouvernance, le partage des données et la mise en œuvre de la modélisation urbaine, la renaturationet la biodiversité, enfin les questions de décarbonationde la construction et de rénovation énergétique.

L’interaction entre santé publique et urbanisme va changer le visage de la ville : mixité des lieux de vie, hybridation des usages de l’espace urbain

  • Enfin le momentum du partage des données urbaines ?
  • Villes au bord de l’asphyxie : les enjeux de la biodiversité et de la renaturation
  • Redensifier, rénover, décarboner, humaniser : les principes d’une construction durable ?
  • INTERVIEW : Vincent Maret, Directeur Open Innovation, Groupe Bouygues

EdTech & Talents — Les EdTech à l’ère du confinement, entre convergence et adaptabilité des usages

Au plus fort du confinement, plus de 180 paysavaient fermé leurs écoles, touchant 87,4% des apprenants, soit plus de 1,5 milliard

d’élèves (EdTech Hub et de Digital Pathways d’Oxford). Le domicile devient ainsi le lieu de convergence entre vie privée, travail et éducation. La cellule familiale se numérise et devient le théâtre de la vie dans toutes ses composantes.

Les EdTech, dont l’usage était encore limité,deviennent des outils indispensables à tous. Avec les plateformes de visioconférences, le lien social et professionnel se recimente.

Le numérique envahit la vie quotidienne et met en lumière les nouveaux usages pour répondre aux enjeux de suivi pédagogique, de formation et de travail distanciés dans le monde.

Les EdTech bousculent les limites de l’éducation traditionnelle

  • L’impact de la crise sur l’éducation et les EdTech
  • Surveillance VS respect de la vie privée : un débat au coeur de l’éducation de demain
  • L’adaptive Learning ou l’usage de solutions granulaires pour capter l’attention et individualiser les apprentissages
  • La formation continue et l’upskilling pour pallier la pénurie de talents
  • INTERVIEW : Pascal Bringer, fondateur et CEO de Maskott

Industries culturelles et créatives — Comment se relèvera-t-on dans une société sans contact ?

Le poids économique de la culture, c’est environ 2,5 % du PIB : une contribution équivalente à celle de l’industrie agroalimentaire, de nombreuses connexions avec d’autres secteurs (tourisme par exemple), et des externalités positives très fortes sur l’identité des territoires. Les ICC seront l’un des secteurs les plus touchés par la crise, avec une perte de chiffre d’affaires estimée entre 8 et 10 milliards d’euros. Et malgré les

aides de l’État qui aideront à amortir le choc, la catastrophe économique annoncée laissera un secteur gravement détérioré, à la recherche de nouveaux axes de reconstruction.

Des raisons d’espérer existent cependant, dans les usages innovants et originaux qui sont apparus. A nous de prendre soin de ces nouvelles pousses.

  • Les raisons d’espérer ne manquent pas, d’autres futurs sont possibles
  • Le monde a déjà changé
  • La refondation est (déjà) engagée
  • Même s’il reste des préoccupations à moyen terme
  • INTERVIEW : Benoît Maujean, Head of innovation, Mikros

Santé — Et si la crise nous avait donné toutes les clés pour réinventer notre système de santé ?

Plus que dans tout autre secteur, la crise sanitaire mondiale a agi comme un cristallisateur inédit et inégalé pour l’innovation numérique en santé. Si la lutte contre l’épidémie a catalysé significativemen des mutations profondes des technologies et des usages, elle a aussi révélé des défis bien connus des acteurs du secteur sous une lumière plus criante. Tout l’enjeu est désormais de tirer les bons enseignements pour permettre de sortir « par le haut » de cette séquence brutale mais créative.

Rationalisation, structuration, valorisation de la donnée et évaluation de l’impact in real life apparaissent comme autant de pistes à suivre pour (re)structurer la chaine de l’innovation numérique en santé de bout en bout. Les données de santé : on entre maintenant au cœur des vraies enjeux

  • Capitaliser sur le boom de la téléconsultation pour changer d’échelle
  • La data science comme clé de voûte de l’innovation à impact
  • Nos donnés de santé, un trésor national mondialement convoitée
  • INTERVIEW : Julia Neguer, Head of Healthcare et Life Sciences Strategy, Dassault Systèmes

Technologies, data et IA — Une numérisation à marche forcée, un devenir qui nous oblige

En cette période inédite, le numérique a joué un rôle essentiel afin de maintenir un lien virtuel, social et professionnel par l’adoption d’outils numériques qui auraient mis des mois à se déployer. Que restera-t-il des plateformes de données montées dans l’urgence, des solutions rapidement assemblées à partir des technologies que nous avions sous la main pour permettre la continuité de service dans les entreprises ou les commerces, pour accélérer la lutte contre l’épidémie ? L’analyse reste à faire.

Cependant on se souviendra sans doute que le solutionnisme technologique qui imprégnait souvent la prospective technologique n’est plus de mise : ce sont bien les individus, les chercheurs, les entrepreneurs, les médecins, qui ont su contourner les pesanteurs, adapter les algorithmes, ouvrir les données. « Remettre l’humain dans la technologie » est passé du statut de mantra à la réalité, la nécessité d’hybrider tout et à tous les niveaux, de travailler en transversalité, est clairement apparue comme vitale. Gageons qu’il en restera quelque chose.   Lorsque changer l’internet devient un enjeu de démocratie.

  • Numérique en temps de crise, un formidable accélérateur de transformation
  • Un effet de cliquet probable sur certains usages socialement ou économiquement bénéfiques
  • Quels seront les grands sujets technologiques des années à venir ?
  • De plan en plan, la difficile recherche de leadership
  • Ethique et responsabilité : une IA fondée sur les droits de l’homme, est-ce possible ?
  • INTERVIEW : Anne-Sophie Taillandier, Directrice de TeraLab, Institut-Mines-Teleco

Retail — Les défis de l’ère servicielle : des nouveaux modèles engagés et agiles

L’imprévisibilité. C’est bien le grand enseignement de la crise pour le secteur du retail. Depuis des années, l’humain est considéré comme la clé du commerce physique. Or, la crise et le confinement ont chamboulé ces « marqueurs » : le lien social, la communauté, le magasin comme lieu d’échange au travers de l’interaction humaine. « Allons-nous entrer dans une ère de distanciation et de virtualisation de l’échange ? » comme se demande Cédric Ducrocq, PDG de Diamart Group ; ou allons-nous vers plus de sens commun en prônant un engagement pour les générations futures, alors même que l’idée de progrès ne semble plus faire rêver ? La « pause » économique imposée par le confinement offre aux acteurs du retail l’occasion de remettre à plat ce qui est utile à notre société en réinventant les modèles du secteur. L’heure des changements de paradigmes

  • Le monde d’après sera-t-il virtuel ou physique ?
  • Le boom du e-commerce pendant le confinement et les nouveaux services
  • L’économie de la fonctionnalité : vers un véritable commerce serviciel
  • L’enjeu du local et des services de proximité
  • INTERVIEW : Laetitia Dablanc, Directrice de la Chaire Logistics City, Docteure de l’école des Ponts