L’industrie du futur rend les français optimistes !

135

Les Français n’ont jamais autant cru dans … l’industrie.

Selon une étude GoudLink pour GLOBAL INDUSTRIe, un événement qui regroupe l’ensemble de l’écosystème industriel hexagonal et européen du 27 au 30 mars 2018, à Paris Nord Villepinte

D’après le décompte exclusif de L’Usine Nouvelle fin 2017, 104 créations et extension de sites industriels ont été inaugurées en 2017. L’année 2017 présente un bilan positif avec plus d’ouvertures que de fermetures. Dans une interview donnée à l’hebdomadaire, Bruno Lemaire ministre de l’Économie et des Finances déclare : « Je crois à la France des usines, à l’industrie et au monde ouvrier ». Comme le Premier ministre l’a dit lors du Conseil national de l’industrie du 20 novembre, le gouvernement souhaite accélérer ce mouvement de reconquête. C’est le cap qu’a fixé le président de la République, celui d’une industrie de haute technologie qui innove et qui monte en gamme. C’est ce qui nous permettra de voir s’ouvrir de nouvelles usines et de créer des emplois partout en France.

Dans Les Echos : Une étude du cabinet Trendeo montre que la région Hauts-de-France est celle qui a créé le plus d’emplois industriels en 2017. « Le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand, qui revendique fortement ce choix de l’industrie, annonce une réflexion stratégique et un plan d’action sur l’avenir de l’industrie régionale. » Dans l’interview donnée au quotidien, il y est question de reprise.
A l’heure du JT il n’est question que de fermetures d’usines, de mouvements syndicaux, de reprises qui tournent mal …  Pourtant, les Français croient dans les industries du futur.

L’industrie du futur rend les français optimistes

Les Français croient dans les industries du futur. Le sujet les rend même très optimistes, selon un sondage GoudLink réalisé auprès d’un échantillon représentatif de 1000 d’entre eux. Selon ce premier baromètre d’opinion des Français sur l’industrie, 77% d’entre eux estiment qu’elle est primordiale ou très importante pour l’emploi en France. Ils sont 66% à avoir le même avis sur les exportations françaises…

La nécessité de muter
Deuxième constat, les Français sont de vrais supporters de l’industrie et sont confiants sur sa capacité à muter. 64% jugent l’industrie française très ou assez avancée pour aller vers l’usine du futur, seulement un tiers la juge peu ou pas du tout avancée. De même, 48% de nos concitoyens estiment que les salariés sont plutôt motivés par cette perspective, à défaut d’être suffisamment formés (66%).

Ils sont même prêts à jouer les ambassadeurs de l’industrie : 80% des Français de 50 ans et plus encourageraient un proche, un jeune ou leur enfant à étudier pour travailler dans l’industrie.

Transformation créatrice

Dernier constat, et non des moindres : s’ils mesurent les risques de cette mutation, ils n’hésitent pas à parler de « transformation créatrice », pointant très majoritairement les opportunités : pour les technologies françaises, pour la croissance économique et pour la place de l’industrie française dans le monde.

La grande majorité des français est consciente que l’essor de l’usine du futur générera de nouveaux métiers (89%) et la disparition de certains métiers (74%). Soit à la fois la création d’emplois nouveaux (77%) et la destruction de certains emplois (68%).

Les Français sont plus enclins à voir dans cette modernisation une complémentarité homme /robot (75%) qu’un remplacement de l’homme par le robot (46%).

Enfin, ils en attendent clairement des bénéfices : de meilleures conditions de travail (75%) et des métiers plus valorisants (73%).

Entre menace et opportunité, ils choisissent très majoritairement l’opportunité.

Au final, 64% estiment que cette transformation de l’industrie vers l’usine du futur est globalement positive.