Maddy Keynote 2019 – « On s’était dit rendez-vous dans 100 ans »

63

« On sétait dit rendez-vous dans 100 ans »

A loccasion de la Maddy Keynote 2019 dont le thème est « Une journée en 2084 », lUrban Lab de My Little Paris dévoile une enquête sur le rapport au futur des Millennials « On sétait dit rendez-vous dans 100 ans »

En bref :

Et si la génération qui devait « sauver le monde » était la première à « changer de monde«  ? Cette étude soulève en effet trois paradoxes principaux sur la manière dont les Millennials envisagent l’avenir :

– Très optimistes sur leur durée de vie et leur capacité à profiter d’une vieillesse active, les Millennials sont en revanche très pessimistes sur l’évolution de la planète : 1 sondé sur 2 se dit prêt à quitter la Terre à lhorizon 2084.

– Digital natives, ils attendent que la technologie leur facilite la vie,mais souhaitent dans le même temps préserver un équilibre entre physique et digital (52% de loisirs digitaux envisagés uniquement).

– Attentifs à profiter d’une vie sociale épanouie et connectée, ils ont pour autant une approche plus individuelle du travail et privilégient notamment le freelancing (66%) ou le travail à domicile

Une confiance assumée dans le progrès technologique

Digital natives, les Millennials incarnent la première génération à avoir grandi avec une connexion quasi-permanente aux loisirs digitaux. Sous plusieurs aspects, l’étude confirme ce penchant technophile :

  • Les sondés avouent tout d’abord leur confiance certaine dans lapparition de nouveaux moyens de paiement : 65% pensent utiliser en 2084 des moyens plus high-tech (54% pour les empreintes digitales et scans cardiaques ou rétiniens, 11% pour les crypto-monnaies).
  • Dans leur quotidien, ils attendent également de la technologie un confort de vie : 90% espèrent ainsi que le ménage sera une tâche automatisée, et 63% pour le repassage !
  • Encore plus ambitieux : leur confiance dans le progrès technologique est telle que 37% des sondés estiment qu’en 2084, lhumanité aura colonisé une autre planète.

Une espérance de vie « rêvée » ?

30% des sondés estiment qu’ils seront « boostés par les avancées de la médecine », ce qui les rend même extrêmement optimistes sur leur espérance de vie : 63% des sondés pensent ainsi être « toujours en vie en 2084 », et plus précisément 44% des 24-35 ans. Ces derniers auraient en moyenne 95 ans ! Soit un chiffre nettement supérieur aux projections d’espérance de vie de l’INSEE selon qui, en 2070, les centenaires représenteront seulement 0,4 à 0,7% de la population…

Digital natives… mais pas addicts !

S’ils espèrent que la technologie leur facilitera la vie quotidienne (ménage, repassage…), les Millenials sont beaucoup moins nombreux à souhaiter que celle-ci s’intègre davantage dans les tâches à dimension humaine : seuls 10% aimeraient par exemple confier leurs enfants à une aide automatisée, et seuls 3% espèrent que la robotisation touchel’hygiène corporelle.

Par d’autres aspects, les Millennials affirment même leur souhait de s’émanciper de la technologie – ou du moins de la tenir éloignée de certains moments de vie.

  • Lalimentation : en 2084, les Millennials espèrent qu’une offre locavore (qu’ils sont 57% à soutenir) aura largement pris le pas sur la production industrielle et les produits transformés (qu’ils ne sont que 4% à vouloir encore consommer). Les innovations « foodtech »(viande de synthèse…), ne récoltent – elles – que 12% des suffrages, et les boissons nutritives 13%.
  • Les loisirs : les Millennials estiment que ceux-ci seront seulement à 52% digitaux – soit une répartition correspondant en réalité aux usages actuels ! (4h58 de loisirs par jour en France, dont 50% passé devant un écran, selon létude Temps libre de INSEE).

Cette recherche du « physique » peut enfin trouver un prolongement dans leur désir affiché de quitter la Ville : 55% d’entre eux affirment en effet vouloir vivre à la campagne en 2084 – un chiffre à comparer aux 77,4%d’urbains vivant actuellement en France selon l’INSEE.

Un appel à changer de modèle

Au-delà de ces questionnements du « quotidien », les Millennialss’interrogent largement sur une remise en cause plus structurelle de nos modèles actuels de sociétés :

  • Le travail : selon eux, la structure traditionnelle du salariat est clairement vouée à disparaître. Ils ne sont que 9% à souhaiter continuer à travailler en tant que salarié en 2084 – contre 84% actuellement (source INSEE). Et même si 80% estiment qu’ils continueront à travailler en 2084 (30% par nécessité, 50% par plaisir), 66% d’entre eux espèrent avoir adopté le régime du freelancing ! (26% dans un espace partagé, 40% à domicile).
  • Les défis : les Millennials ont manifestement une conscience aiguë des défis qui se poseront au cours du XXIe siècle. Voici le pourcentage d’entre eux ayant attribué une probabilité supérieure ou égale à 5/8 pour chacun des scénarii suivants :
    • 94% pour le réchauffement climatique,
    • 92% pour l’épuisement des ressources,
    • 89% pour la surpopulation,
    • 88% pour l’extinction animale de masse,
    • 85% pour un nouveau conflit mondial,
    • 58% pour le point de singularité,
    • 51% pour la fin de la démocratie.

Ces scénarii sont si présents à l’esprit des Millennials que, lorsqu’on leur demande s’ils seraient prêts à quitter la Terre en faveur d’une nouvelle planète, 49% répondent par l’affirmative. Et si la génération qui devait « sauver le monde » était surtout la première à « changer de monde » ?…

Méthodologie : 

LUrban Lab de My Little Paris et la Maddy Keynote se sont cette année associés pour réaliser une étude dédiée au rapport au futur de la génération dite des Millenials. 19 300 personnes ont ainsi été interrogées en décembre 2018 et janvier 2019 via les médias du groupe My Little Paris, dont 70% de 18-35 ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE