La marketplace comme réponse aux défis logistiques à l’international

2285

La marketplace comme réponse aux entraves logistiques du e-commerce transfrontalier

Par Philippe Corrot, PDG et Co-fondateur de Mirakl

Si la force d’Internet est d’avoir permis d’abolir un grand nombre de frontières, la logistique reste malgré tout le défi numéro 1 pour les e-commerçants comme le montrent les études sur le e-commerce transfrontalier réalisées par Ipos et PayPal en 2016, puis par RetailMeNot en avril 2017. En effet, la livraison et la gestion des retours à l’étranger, pour qu’elles puissent être économiques et rentables à la fois pour le commerçant et le consommateur, nécessitent d’être réfléchies et assouplies.

Comment développer son business à l’international en faisant face aux défis logistiques ?

Pour Philippe Corrot, PDG et Co-fondateur de Mirakl, ces problématiques logistiques rencontrées lors de l’internationalisation des ventes sont l’occasion de souligner à nouveau l’intérêt pour les commerçants de considérer les atouts du modèle marketplace.

« A partir du moment où un site e-commerce développe des ambitions à l’international, il se retrouvera confronté à des coûts et des problèmes logistiques qui seront un frein à son développement. La manière la plus efficace pour un e-commerçant d’être rentable lorsqu’il sort de ses frontières, c’est de se reposer sur le modèle marketplace. Quand on y réfléchit, c’est assez logique : la marketplace sert de plateforme de mise en relation entre différents vendeurs provenant de différentes localisations,  il est donc logique de se reposer sur des vendeurs partenaires implantés localement lorsqu’on s’internationalise. Mais ce modèle permet aussi à certains de mutualiser les frais de livraisons et les coûts de logistiques en centralisant la gestion des commandes, c’est ce que proposent certaines marketplaces comme Amazon. Pour les vendeurs, c’est une occasion d’accéder à un nouveau marché international plus facilement, grâce à l’accompagnement autour de la logistique géré par l’opérateur marketplace ».

Il poursuit : « Prenons l’exemple d’Amazon. Dans 3 ans, la marketplace va représenter 70% de son business ce qui induit qu’aujourd’hui la plupart des investissements du groupe se font dans l’amélioration de la logistique, ce qui profite aux vendeurs utilisant Amazon. Ce format profite d’ailleurs également aux consommateurs puisque s’ils achetaient tous les produits de leur panier sur des sites d’e-commerce différents, ils devraient multiplier leurs frais de livraison. »

Il conclut : « Observons enfin le groupe le Duff qui a développé sa marketplace Gourming. Il a utilisé son savoir-faire d’intermédiaire pour transformer son business model et mettre en relation les fournisseurs et les professionnels des métiers de bouche. Pour les vendeurs, ici les producteurs et fournisseurs, passer par la marketplace Gourming permet de se concentrer sur son cœur de métier et ne pas consacrer de ressources à gérer les différents aspects administratifs, logistiques et réglementaires qui accompagnent une commercialisation à l’étranger car ces derniers sont pris en charge par l’opérateur marketplace. La plateforme technique étant en perpétuelle évolution pour s’aligner aux différents besoins, toute la logistique n’en sera que constamment optimisée. Cela représente une opportunité considérable pour toutes les parties. »

LAISSER UN COMMENTAIRE