Punchlines et temps forts de la Journée Nationale des Etudes organisée par l’ADETEM

65

La Data, les clés pour mieux cibler les consommateurs

Identification du consommateur, ambivalence, vision holistique, hypnomarketing… Comment aborder ses nouvelles caractéristiques au regard de la data ?
Comment anticiper et prédire les comportements des consommateurs ? Que fallait il retenir de La Journée Nationale des Etudes qui a eu lieu le Mardi 4 février au siège du groupe la Poste Paris 15.

1. Qui est ce consommateur qu’on a du mal à cerner  ?

Premier intervenant Joaquim BRETCHA BOIX
Président d’ESOMAR qui donne son avis sur la gestion des données et ses différentes contradictions d’extraction :

« On se cache derrière le digital plus que dans le monde physique car cela est plus facile »

« Souvent on pense que la technologie est la finalité et non le moyen »

« Ce marché a besoin de poser les bonnes questions, et de trouver les bonnes réponses. L’exemple type avec le scandale Cambridge Analytica »

Global Advertising & Marketing Potential-ESOMAR
La part de confiance du consommateurs envers ces différentes entreprises .

« Ce sont les techniciens, les créateurs d’outils de collectes qui se sont rendus compte qu’ils collectaient beaucoup de données pour rien. Trop de données tue la donnée  »

« La technologie n’est pas neutre. Nous sommes dans l’obligation de mettre la barre haute en ce qui concerne l’éthique dans l’industrie des études »

« Aujourd’hui le qualitatif est plus important que jamais »

« Le langage est une traduction des mots mais pas de la culture, on a besoin d’un traducteur pour faire le lien entre les deux »

Le « Digital Effect » dans l’industrie des études selon ESOMAR

2. Comment garder une connaissance éclairée d’un individu multi facettes et changeant ?


Lucie FROMENTE-CLAQUIN
,
Strategy and Insights manager.
« Exit le consommateur, consacrons nous sur l’individu »

 

Hakim ZEMNI Managing Partner et Managing Director Paris du Groupe Insites Consulting nous exprime la complexité d’identifier le comportement d’un consommateur.

« Très difficile de lire le comportement d’un consommateur, son domaine d’activités peut changer par exemple : une femme peut avoir plusieurs fonctions: mére, femme de ménage, salariée, influenceuse… »

 

Françoise FASSIN Chief Strategy Officer d’INITIATIVE,
Sonia REQUILLART Major Account Director de SYNOMIA

« Le Consummer Board à permis de faire rentrer le consommateur au cœur de l’entreprise »


Tiphaine Chigot
, Project Manager de RESPONDI
Tout sur les données passives 

En parallèle de procédés actifs de collecte de données à travers lesquels les individus  donnent un feedback, Respondi mise sur les collectes de données dites passives. Il s’agit de comprendre les comportements sans poser de questions (cookies). Les données sont   récoltées et analysées de façon totalement anonyme. Mais il est toujours possible de combiner ces données avec du déclaratif.

« Qu’est ce qu’une mesure passive ? La Mesure passive c’est le comment, la communauté en ligne c’est le pourquoi »

« Pour ce qui est de la donnée passive elle est liée au mode de navigation. Exemple avec YouTube, la donnée passive est moins pertinente car on recherche une information précise à l’inverse d’Instagram.

Statistique de visites des différents réseaux sociaux. Source : RESPONDI

3. Que gagne-t-on à avoir une vision plus holistique du consommateur ?

Sylvain FLENDER, Anthropologue et Hypnologie
Technique différente, l’hypnomarketing puise dans l’inconscient, une analyse des motivations d’achat en particulier l’achat d’impulsion.

« L’hypnomarketing est une plongée encore plus profonde dans le champ de l’intime »

« L’hypnomarketing est l’étape ultime de l’immersion dans l’expérience client en deçà de sa conscience »

Il existe 4 techniques en hypnoses flash :
«Dessin automatique -régression associé par point d”Affectif – Opposition des partis – Depersonification -Hallucinations – Extraction de l’inconscient »

La vision Holistique selon Jean-Emmanuel Cortade de la Saussay, Fondateur STORYMIND

« La vision Holistique est capitale pour étudier les affinités entre un contexte, un support et un contenu »

« L’écart entre le Dire et le Faire a augmenté. Le déclaratif n »est plus la voix royale d’accès au réel, mais parfois un écran pour se valoriser ou se cacher.»

Denis GUIOT Professeur de Marketing à Paris DAUPHINE

« Les problématiques environnementales n’attirent pas : -25% a -30% d’audience »

Eloïse SENGES Chercheuse en Marketing à Paris DAUPHINE

4. Comment être plus prédictif sur le consommateur de demain pour mieux anticiper ses comportements ?

 

Ilhem MEGHALSI Chargée de performance décisionnelle média-pub
FDJ

« La collecte de la donnée est une des missions des marketeurs, c’est un outil de travail »

Cyrille PERTUISOT Directeur Marketing, BIP&GO

« La dimension humaine est importante dans les projets écononométrique»

5. Comment rendre l’information plus intelligible ?

Ingemar SVENSSON Senior advisor, COMINTELLI

« Le social listening est bien mais pas suffisant »

Comprendre le consommateur devient de plus en plus complexe

 

Alain BEAUVIEUX Membre du GFII

« Moins de 36 % des gens font confiance aux médias français »

« 73 % des Français pensent qu’ils pourraient être manipulés par l’information»

« La donnée est une information à valeur ajoutée »

Sylvie Sage, Directrice département Deloitte

« On a trop d’informations ! Il faut quelque fois pré-macher pour pouvoir l’analyser »

« Il ne suffit plus de donner de l’analyse, ensuite il faut la développer »

Maryse MOUGIN Directrice de l’Expérience Client
Branche Services Courrier Colis Groupe LA POSTE

« Un donnée client tombe très vite en obsolescence »
« Dans la data , la vrai question est : qu’est ce que l’on cherche?»

Propos recueillis par Tanguy Meshaka, stagiaire chez MyDigitalweek et étudiant en Ecole de commerce et Etienne Waller, stagiaire chez MyDigitalweek et étudiant en Ecole de commerce.