Quand 84% des entreprises ont déjà exploité des données erronées

85

Exploitation des data : une grande majorité des entreprises exploitent des données erronées

Considérée comme l’or noir du digital, la data est mise à profit par les professionnels du marketing dans le cadre de leur stratégie (acquisition/ fidélisation, personnalisation, analyse d’audience …).Online, 90% de la collecte de données se fait via des tags, ces bouts de code provenant des partenaires et insérés sur les pages des sites web. Une étude menée par Netvigie, partenaire de la qualité digitale et expert en solutions de monitoring, démontre qu’une grande partie des entreprises exploitent ouont déjà exploité des données erronées.
Un constat qui alerte sur les problèmes rencontrés par les entreprises pour obtenir des données fiables. Une dimension très importante à prendre en compte qui a un impact direct sur les prises de décision business et sur le chiffre d’affaires généré via le site web.

84% des entreprises ont déjà exploité des données erronées

Les équipes marketing et analytics sont les principaux utilisateurs des datas. Ces dernières managent des données parfois erronées et en ont partiellement conscience. Ainsi, 84% des entreprises interrogées affirment avoir déjà exploité des données non fiables. D’ailleurs, le doute quant àl’exactitude des données exploitées fait partie des problématiques récurrentes évoquées par lesrépondants.

Cette incertitude autour de la data génère également des interrogations quant à la sécurité des données des utilisateurs, alors même que la loi sur la protection des données (RGPD) a été mise enœuvre le 25 mai dernier.

Un impact direct sur le chiffre d’affaires des entreprises

Outre la protection des données, l’utilisation de data erronées a des répercussions sur les résultats des organisations. 43% des entreprises constatent que l’exploitation de data non fiables a un impactdirect sur leur chiffre d’affaires. Des pertes évaluées à plusieurs dizaines de milliers d’euros selon le type de structures et qui peuvent pénaliser la progression de l’activité digitale des entreprises.

Temps, écosystème, et manque d’outil à l’origine de ce problème

Des outils existent afin de référencer les tags et cadrer la collecte des data : le plan de marquage.

« Pour obtenir des datas exploitables il est nécessaire d’avoir un plan de marquage à jour. Ce dernier apour objectif de référencer les types d’informations qui doivent être collectées par les tags. Un plan de marquage non mis à jour a de fortes chances d’entrainer des failles dans la collecte des informations »affirme Charles Thumerelle, consultant analytics & Product Owner de seenaptic chez Netvigie.

Malheureusement, nombreuses sont les équipes qui rencontrent des difficultés dans la gestion de leur plan de marquage. Elles évoquent en premier lieu le manque de temps. 81% des équipes mettent à jour leur plan de marquage manuellement. Pourtant, pour maximiser la fiabilité des data envoyées aux partenaires, un recettage du plan de marquage est recommandé avant chaque mise en production du site internet. Une tâche qui demande beaucoup de ressources et de temps : pour 30% des sondés chaque mise à jour du plan de marquage se déroule sur au moins 2 jours. On penseégalement à l’écosystème qui se densifie et au nombre de partenaires qui se multiplie. Aujourd’hui, on compte en moyenne 45 tags différents par site internet.

« Les problématiques sont identifiées et les solutions disponibles peu nombreuses. Chez Netvigie, nous proposons seenaptic, une solution qui contrôle le bon respect des plans de marquage et la fiabilité des data. Elle se destine aux entreprises qui souhaitent vérifier automatiquement, efficacement et rapidement leur plan de marquage et exploiter des données 100% fiables » affirme Charles Thumerelle.

L’étude menée par Netvigie ainsi que les interventions de 9 experts du Tag Management autour dethématiques telles que le RGPD ou encore la fiabilité des data, sont compilés dans un livre blanc intitulé « Les secrets du Tag Management »

LAISSER UN COMMENTAIRE