Quand l’IA & les réseaux sociaux pallient la solitude …

35

Focus sur les pratiques numériques pour pallier la solitude 

Enquête réalisée par l’IFOP et FLASHS pour Goodflair

La solitude en France est un phénomène qui évolue peu mais se polarise.
44 % des français déclarent se sentir seuls et près de la moitié des personnes interrogés sur plus de 2000 disent en souffrir.
Comment les réseaux sociaux peuvent-ils pallier à la solitude ?
Quel est le rôle des applis de rencontres et des applications conversationnelles basées sur l’IA ?…

1- Les réseaux sociaux sont particulièrement prisés par les personnes qui se sentent seules

  • Près de 7 personnes sur 10 indiquent ainsi les consulter, une pratique légèrement plus féminine (72%) que masculine (65%)
  • Il s’avère que les plus jeunes sont aussi les plus assidus : 86% des moins de 35 ans font état de cette pratique contre 62% des plus de 35 ans.
    Plus on avance en âge et plus les écarts se creusent
     : les seniors de 65 ans et plus sont ainsi deux fois moins nombreux que les 25-24 ans (44% contre 88%) à scroller sur Facebook, Instagram et autres TikTok ;

  • Un autre écart significatif concerne les catégories socio-professionnelles : les personnes appartenant aux catégories pauvres (- de 900€ par mois) sont sensiblement plus susceptibles de parcourir les réseaux sociaux que celles issues de catégories aisées (+ de 2 500 e par mois), 80% des premières le disant contre 61% parmi les secondes.

2- Moins fréquente, mais loin d’être négligeable, la consultation d’applis de rencontre est jeune et masculine.

  • Un tiers (32%) des Français et des Français se sentant seuls utilisent des applis de rencontre ;
  • Une pratique qui concerne nettement plus les hommes (41%) que les femmes (26%) ;
  • Là aussi, elle est plutôt l’apanage des jeunes générations puisque 53% des 25-34 ans utilisent de telles applications quand seulement 20% des plus de 65 ans le font.

3- L’iA conversationnelle 

Enfin, bien que leur mise à disposition du grand public soit récente, les intelligences artificielles conversationnelles de type ChatGPT sont désormais considérées comme un recours à la solitude par un nombre significatif de personnes se sentant seules.

  • En effet, plus d’un Français sur dix (13%) dans ce cas dit avoir déjà dialogué avec une IA ;
  • C’est notamment le cas des hommes (18% contre 10 chez les femmes) ;
  • Les résultats de l’étude de l’IFOP montrent également un fort gap générationnel : un quart (25%) des moins de 35 ans ont échangé avec une intelligence artificielle, soit trois fois plus que chez leurs aînés (8% parmi les plus 35 ans, et même 4% chez les plus de 65 ans) ;
  • Les Français appartenant aux catégories pauvres sont par ailleurs deux fois plus nombreux à en faire état que ceux appartenant aux catégories aisées (23% contre 11%).

Pour lire l’analyse complète de cette enquête cliquez ici