Quel est le futur des médias sociaux ?

916

Médias sociaux en 2020 : 5 prédictions de Socialbakers

Socialbakers, spécialiste de l’analyse des médias sociaux grâce à l’intelligence artificielle et sa plateforme dédiée aux spécialistes du marketing, publie aujourd’hui ses prédictions sur l’avenir des médias sociaux. En 2019, Socialbakers a observé le succès retentissant de TikTok ainsi que la progression du marketing d’influence,notamment dans les domaines de la beauté, de la mode, du e-commerce et de l’automobile. Pour 2020, Socialbakers prévoit une hausse continue du marketing d’influence et l’essor concret du social shopping grâce, en partie, à la croissance du contenu lié au shopping, aux expériences de réalité virtuelle et à l’augmentation de bots dédiés au service client.

Socialbakers dipsose de la plus grande base de données de médias sociaux et travaille avec plus de 2 500 équipes de marketing digital dans 100 pays.

1. TikTok continuera son ascension fulgurante

En octobre 2018, TikTok était l’application photo/vidéo la plus téléchargée de l’AppStore et a officiellement atteint le milliard de téléchargements en 2019. « En 2020, on peut s’attendreà voir progresser TikTok de manière fulgurante, grâce à des campagnes marketing très efficaces et à des investissements dans la conquête commerciale de nouvelles zones géographiques », affirme Yuval Ben-Itzhak, CEO de Socialbakers.

  • TikTok est le premier plus gros annonceur sur Snapchat et le second sur Youtube selon SensorTower, un cabinet d’analyse marketing d’applications. TikTok a également conclu de nombreux partenariats avec des influenceurs et des célébritésafin d’attirer un maximum d’engagement sur la plateforme.
  • L’entreprise alimente sa croissance à travers une stratégie d’expansioninternationale. En effet, TikTok a ouvert de nouveaux bureaux à Londres et à Mountain View en Californie et recrute ainsi les talents de ses concurrents : Facebook, Snapchat et Amazon.
  • Malgré le succès incontestable de l’entreprise, l’application fait face à despolémiques concernant une campagne marketing. En effet, les vidéos utilisées dansles campagnes publicitaires de TikTok sont celles d’utilisateurs qui n’ont, ni étéprévenus de cette utilisation de leur contenu, ni reçu de compensations financières à cet égard. Plus récemment, les législateurs américains ont fait part de leur crainte concernant le risque de menace pour la sécurité nationale que pourrait représenterl’application.

« TikTok est la plate-forme à surveiller en 2020 », a déclaré Ben-Itzhak de Socialbakers.
« Mark Zuckerberg a reconnu le succès de TikTok et a tenté de leur faire concurrence en lançant Lasso en novembre 2018. Malheureusement pour Facebook, l’application avait du mal à attirer les utilisateurs. En février 2019, elle ne comptait que 70 000 utilisateurs aux États-Unis ».

2. Le marketing d’influence en hausse contrairement aux idées reçues

« Les consommateurs font de plus en plus confiance aux commentaires et aux avis avantd’acheter », affirme Yuval Ben-Itzhak. « Cette conjoncture est une immense opportunité pour les influenceurs et les marques qui s’associent afin de créer un contenu qui parle à leur audience ».

De nombreuses grandes marques de beauté, de mode, d’e-commerce et automobiles ontutilisé le marketing d’influence pour leurs campagnes cette année et ont affirmé que cesstratégies se sont avérées payantes. Les investissements dans ce secteur devraientaugmenter l’année prochaine et feront du marketing d’influence une industrie de 10milliards de dollars d’ici 2020.

Selon les données Socialbakers :

  • Les publications sponsorisées des influenceurs ont augmenté de plus de 150%
  • Le nombre d’influenceurs utilisant le #ad (pour indiquer un partenariat) a plus quedoublé
  • Les micro-influenceurs ont pris du galon et représentent aujourd’hui la majorité desinfluenceurs (75% des influenceurs américains sont dans la catégorie « micro- influenceurs »)De grandes campagnes d’influence digitale ont vu le jour sous l’impulsion des marques,comme jamais auparavant :
  • Estee Lauder a déclaré que 75% de son budget marketing était consacré aumarketing d’influence, en particulier aux influenceurs, et que cet investissement portait ses fruits.
  • La marque BOSS a fait la promotion de ses costumes avec le hashtag #suitchallenge et incitait les influenceurs et les athlètes du monde entier à relever un défi sportif, tout en étant habillés de la tête aux pieds par BOSS.
  • Les succès de Burberry sur Instagram et WeChat ont même été mentionnés par leur PDG dans un récent bilan de résultats trimestriels. (Voir la transcription des gains).

3. Le temps de la réalité virtuelle et de l’intelligence est arrivé

La réalité virtuelle (VR) a longtemps été associée au Gaming ou aux films hollywoodiens à gros budget.
« Bien que certains férus de technologie ont expérimenté la réalité virtuelle pour leurs campagnes marketing, la plupart commettent l’erreur de sous-estimer son potentiel en la considérant comme un gadget », a déclaré Ben-Itzhak.

« Chez Socialbakers, nous savons que la réalité virtuelle représente une énorme opportunité pour les spécialistes du marketing, elle peut renforcer la notoriété de la marque et favoriser la découverte et l’achat de produits », a t-il ajouté. « Il faut imaginer des clients qui parcourent un dressing en réalité virtuelle, cette expérience unique aura forcément un impact sur leurs achats. Bien qu’il faut certainement attendre 5 à 10 ans avant d’utilisercette technologie à grande échelle, les perspectives de la VR laissent penser qu’il s’agira d’une arme puissante dans l’arsenal des marques », a déclaré Ben-Itzhak.

Gap a expérimenté la réalité virtuelle sous la forme d’une application où les acheteurs pouvaient essayer des vêtements avant de les acheter. L’application Gap a permis aux clients de choisir les vêtements adaptés à leur forme et à leur taille, tout en réduisant l’insatisfaction des clients et le retour des produits, ce qui a permis à l’entreprise d’économiser de l’argent.

Instagram a également fait un essai de réalité virtuelle sur quelques comptes afin depermettre aux abonnés d’interagir avec les vêtements et de les essayer. A suivre !

4. Le social shopping, un décollage prévu pour 2020

Selon les données de Socialbakers, le contenu lié au shopping prolifère rapidement sur les médias sociaux. Les plateformes répondent en ajoutant davantage de fonctionnalités pour faciliter le commerce électronique.

En pionnier, Instagram a lancé une fonctionnalité Shopping pour certaines marques, offrant aux entreprises une vitrine immersive permettant à leur audience de découvrir et d’explorer des produits ainsi que de suivre un lien pour finaliser l’acte d’achat. WhatsApp, Facebook Messenger et les groupes Facebook offrent déjà des outils d’aide à la gestion de la clientèle afin que toutes les activités marketing, de la découverte du produit au service après-vente puissent être centralisées. Facebook lancera même sa propre crypto-monnaie, Libra.

« L’année 2020 pourrait bien être celle de l’avènement du social shopping. De plus en plus de clients effectuent des achats directement depuis les médias sociaux au lieu de se diriger vers une application ou vers une boutique en ligne après avoir découvert un produit sur les médias sociaux », a déclaré Ben Itzhak.

5. La bataille des dépenses publicitaires : Facebook vs Instagram

Qui de Facebook ou d’Instagram gagnera la bataille des dépenses publicitaires en 2020 ? (Réponse : Facebook puisque la société est propriétaire des deux plateformes !)

Mais quel est le parfait combo pour les spécialistes du marketing ?

« Aussi rudimentaire que cela puisse paraître, nous pensons que toutes les marques doivent encore tenir compte de trois éléments de base pour décider où allouer leur budget : portée, engagement et données démographiques », a déclaré Ben-Itzhak. « À partir de là, une marque peut préciser son projet et choisir la plateforme la plus appropriée pour une campagne ponctuelle ou une présence continue »

Socialbakers a récemment analysé des données afin de déterminer l’orientation des dépenses publicitaires : « Nos données ont montré que les spécialistes du marketing augmentaient leurs dépenses sur Instagram mais que plus de 60% des dépenses publicitaires totales étaient toujours allouées à Facebook », a déclaré Ben-Itzhak.

« Le flux Instagram arrive loin derrière avec 20% des dépenses, suivi des stories (10%). La vidéo suggérée sur Facebook et la vidéo au format Instream de Facebook comptent pour environ 10%. Au total, les marques ne dépensent qu’environ un tiers de leur budget total sur Instagram, la plate-forme la plus attrayante. Cela soulève la question suivante : les marques sont-elles vraiment celles qui investissent le plus ? », a déclaré Ben-Itzhak.

Yuval Ben-Itzhak estime que les vidéos suggérées sur Facebook présentent un potentiel considérable, avec le deuxième plus haut taux de clics : 0,8%. Et pourtant les dépenses sur ce format restent faibles.

« Il est impératif de se concentrer sur l’optimisation du contenu publicitaire et la personnalisation de leurs expériences publicitaires. Se contenter de stratégies globales sur tous les canaux ne donnera pas les résultats escomptés », a déclaré Ben-Itzhak.