Le réseau Cloud virtuel : quels bénéfices pour les entreprises ?

52

Le réseau Cloud virtuel : quels bénéfices pour les entreprises ?

Par Eric Marin, Directeur Technique France, VMware
De nos jours, tout est connecté aux réseaux. Avec l’IoT, la 5G et l’IA et d’autres technologies émergentes, ces connexions devraient considérablement augmenter. Les entreprises capables de proposer une connectivité sécurisée – et d’exploiter les données générées par leurs clients de façon rapide et fiable – sont les mieux placées pour réussir.
Du matériel au logiciel
Traditionnellement, les réseaux des entreprises étaient conçus sur la base d’une architecture, connectant des équipements physiques (ordinateurs, serveurs, routeurs et commutateurs) entre eux. Une fois le réseau construit, la sécurité était amenée en couche supplémentaire sur cette infrastructure. Toute modification était traitée manuellement, ce qui laissait place à une marge d’erreur considérable et augmentait potentiellement le risque de défaillances.
Mais l’émergence des réseaux logiciels a remis en question les normes existantes. Les nouvelles technologies permettent désormais de réaliser l’abstraction des ressources matérielles afin d’exploiter plus efficacement le réseau logiciel. L’automatisation et la programmabilité minimisent la complexité opérationnelle en simplifiant des tâches manuelles compliquées, et en offrant plus d’évolutivité et de fiabilité. Aujourd’hui, les entreprises qui modernisent leur infrastructure avec un réseau logiciel, sont plus à même de stimuler l’innovation métiers.
À l’heure où applications et données résident à différents endroits, les entreprises ne peuvent plus s’appuyer uniquement sur un réseau matériel déployé dans leur datacenter pour mener à bien leurs activités. Cette nouvelle réalité nécessite de penser le réseau d’une façon fondamentalement différente.
La majorité des entreprises utilisent déjà, ou prévoient de s’appuyer sur plusieurs infrastructures Cloud. Aujourd’hui, les données et leurs applications critiquent sont connectées au réseau, et les expériences clients se font via le Cloud. Mieux encore : les utilisateurs ne s’y connectent plus uniquement à l’aide de leurs postes de travail ou de leurs ordinateurs portables, mais aussi via des terminaux mobiles. Les applications s’exécutent partout sur les infrastructures des entreprises, et pourtant, beaucoup de sociétés ne maitrisent pas réellement la sécurité et la connectivité de leurs applications et terminaux mobiles qu’ils soient dans leurs datacenters, sur leurs sites distants ou dans le Cloud
Les tendances autour des technologies émergentes augmentent la complexité de la sécurité des organisations et brident les réseaux matériels en question. L’approche logicielle, en revanche, inter-connecte de manière sécurisée les datacenters, les réseaux des opérateurs, les sites distants, les terminaux mobiles et les Clouds. Tout cela se fait indépendamment de l’infrastructure réseau physique sous-jacente.
Des bénéfices significatifs avec l’approche logicielle
Les réseaux virtuels offrent un meilleur rendement et réduisent les coûts d’exploitation en automatisant les fonctions telles que la maintenance, l’application de correctifs et les mises à jour. Ils augmentent également la disponibilité de ces infrastructures, améliorent les services et réduisent les frais, ce qui permet aux organisations de tirer le maximum de valeur de leurs équipements réseau existants, tout en se créant de nouvelles opportunités d’innovation et stratégiques.
Aujourd’hui, les réseaux sont moins un ensemble de boîtiers connectés mais plus des infrastructures visant à répondre aux besoins des applications. Il s’agit d’être en mesure de connecter les individus aux applications de façon sécurisée, et de connecter chaque application aux ressources dont elle a besoin, où qu’elle soit.
 Outre l’automatisation de leurs datacenters, les entreprises se tournent également vers des réseaux virtualisés pour renforcer leur sécurité. Avec les logiciels, les stratégies de sécurité peuvent être définies une fois pour toutes, puis déployées sur l’ensemble des réseaux afin de suivre les applications, services et terminaux où qu’ils soient. Les technologies telles que la micro-segmentation, qui permet de sécuriser chaque charge applicative, offrent également une protection supplémentaire.
Le volume de trafic réseau entre serveurs (est-ouest) au sein des datacenters a explosé, et avec une sécurité traditionnelle, celui-ci est totalement vulnérable. La micro-segmentation résout le problème. En outre, avec les réseaux logiciels, la sécurité est intégrée à la plateforme afin de pouvoir protéger les charges applicatives où qu’elles soient dans le datacenter, sur un site distant, dans un Cloud AWS ou Azure, voire même dans des plateformes de développement d’applications modernes tels que Kubernete.
Un socle d’innovation et de croissance
Aujourd’hui, le réseau Cloud virtuel offre aux entreprises une vision complète du datacenter au Cloud, abstraction faite de leurs équipements physiques.
Actuellement, près de 10 % des données générées par des organisations sont créées et traitées à l’extérieur d’un datacenter centralisé ou dans le Cloud. D’ici 2022, on devrait atteindre les 50 % selon les prévisions de Gartner. En outre, selon le cabinet IDC, 94 % des entreprises devraient adopter une stratégie multi-Cloud en 2018. Les entreprises tout secteur confondu ont désormais un besoin crucial de nouvelles applications performantes.

Pour en savoir plus :  cliquez ici pour voir ou revoir le replay VMWARE EVOLVE 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE