CMS hybride pour répondre au Time to Market

63

Pourquoi le CMS hybride devient-il le CMS de choix des marketers ?


Selon Maroussia Probonas, Senior Marketing Manager, Southern Europe chez Acquia

Pour se démarquer de la concurrence, les entreprises doivent se mettre en capacité de proposer des expériences digitales personnalisées.
Et, pour cela, il leur faut impérativement avoir recours à des stratégies de contenu performantes sur l’ensemble de leurs canaux digitaux :  du simple site vitrine à l’Internet des objets (IoT), ou, dans un avenir proche, au Web 3.0 et au Métavers.

Dans ce contexte, il devient indispensable de s’équiper d’un gestionnaire de contenu ou CMS (Content Management System). Tandis que les technologies traditionnelles séduisent par leur simplicité d’utilisation, les solutions headless ou découplées offrent de plus larges possibilités de personnalisation mais requièrent aussi davantage de compétences techniques. Répondant à la fois aux attentes des marketers et des équipes IT, les CMS hybrides, à mi-chemin entre les deux, constituent aujourd’hui une troisième voie, particulièrement prometteuse.

Le contenu au cœur de l’expérience client

Si elles veulent fidéliser leurs clients et faire la différence face à la concurrence, les entreprises doivent aujourd’hui leur offrir des expériences digitales convaincantes. Les consommateurs ont en effet l’embarras du choix pour leurs achats et la proposition de parcours clients différenciés constitue un réel atout dont les marques doivent s’emparer.  Dans ce contexte, développer une stratégie de contenu performante devient essentiel. Or, pour s’adapter au nombre croissant d’applications digitales – mobiles, chatbots ou encore dispositifs IoT, cet exercice requiert de plus en plus d’agilité et de rapidité. Bientôt, le Métavers démultipliera ces expériences : les entreprises pourront commercialiser leurs produits en réalité augmentée, en permettant à leurs clients d’interagir avec eux de la même manière qu’ils le feraient dans la vie réelle. La flexibilité, elle aussi, devient indispensable, en particulier au niveau des frameworks front-end qui dominent le paysage digital.

Headless ou traditionnel : un choix de CMS difficile pour les directions marketings

Du simple site vitrine à la gestion d’un site marchand, en passant par les objets connectés, il existe aujourd’hui mille endroits où éditer du contenu et tout autant de solutions pour le faire. Dans ces conditions, il s’avère parfois difficile de choisir le bon logiciel CMS.  Globalement, on distingue deux grandes catégories. D’un côté, ceux dits traditionnels, dans lesquels les solutions de back-end et de front-end sont étroitement liées via une interface conviviale. De l’autre, les CMS headless, dont l’architecture est conçue de telle sorte que le contenu est séparé de l’affichage ; les utilisateurs y créent ainsi du contenu à l’aide d’un éditeur dans une base de données autonomes dotée d’API.

Entre ces deux familles, il serait bien présomptueux de se prononcer sur la supériorité de l’une ou l’autre. Tout dépend en réalité de l’usage souhaité et surtout de la capacité d’évolution attendue. Si les CMS traditionnels sont simples d’utilisation, y compris par des intervenants non techniques, ils sont moins équipés pour prendre en charge les nouveaux canaux de diffusion. Plus évolutives, les solutions headless offrent quant à elles davantage d’agilité aux développeurs mais nécessitent en revanche des compétences techniques importantes.

Au préalable, les entreprises devront donc bien cerner leurs besoins actuels et futurs, mais aussi se poser la question suivante : disposent-elles des compétences suffisantes pour créer et maintenir leur propre solution ?

Le CMS hybride : le meilleur des deux mondes

Fortement conseillé par les analystes du Gartner Group1, le CMS hybride pourrait venir départager les deux camps. Cette plateforme unique combine en effet les meilleurs attributs des types traditionnels et headless. Les utilisateurs y créent du contenu à l’aide d’un éditeur et le stockent dans une base de données. Ce dernier peut être fourni de manière flexible, soit par la couche de rendu en front-end, étroitement couplée au back-end, soit par une couche de rendu front-end entièrement séparée, via des API. Incluant les messages et les images de base, la création de pages et même de campagnes peut se faire plus rapidement, une fois le système entièrement optimisé. Aux développeurs, le logiciel hybride apporte le support multicanal dont ils ont besoin. Aux marketers, il fournit les outils low-code leur permettant d’assumer la responsabilité des expériences qu’ils proposent.

Le CMS hybride répond ainsi à la fois aux attentes de l’IT et du marketing, grâce à une grande rapidité de mise sur le marché et à une facilité d’usage qui rend les utilisateurs métiers autonomes. Cerise sur le gâteau, il présente aussi un coût de possession accessible et est ainsi vite rentabilisé. Permettant aux utilisateurs non techniques de créer des expériences digitales sans faire appel aux développeurs, il s’affirme sans conteste comme le meilleur des deux mondes.