#Etude Facebook : de l’importance de la communication avec ou sans bureau

38

Etude Workplace from Facebook :
Seuls 43% des managers terrain se sentent engagés dans la prise de décisions stratégiques

Les périodes de confinement engendrées par la crise de la Covid-19 ont mis en avant l’importance des employés sur le terrain au sein des entreprises mais aussi le manque de communication envers ces derniers, pourtant primordiale en cette période inédite de pandémie de Covid-19.
Dans ce contexte, une nouvelle étude a été menée en deux temps par Workplace from Facebook, en février puis en août 2020, visant à mieux comprendre la réalité des dirigeants d’entreprises et à mesurer les différences de communications entre les équipes de terrain et celles aux sièges. Cette étude révèle que les managers de terrain sont exclus de la prise de décisions stratégiques, en raison d’un manque de contact avec les dirigeants du siège.

Les recherches menées juste avant la pandémie, et huit mois après celle-ci, donnent un aperçu unique du rôle des managers de terrain à travers la France, et de la manière dont leur vie professionnelle a changé depuis la crise. Bien qu’ils soient les plus proches des clients et du quotidien de l’entreprise, seuls  43% – contre  62% en février – des responsables de terrain, ont déclaré se sentir habilités à prendre des décisions ayant un impact sur les objectifs de l’entreprise, contre  82% (  72% en Février) des responsables du siège.
Les responsables de terrain sont une ressource inexploitée pour la connaissance des clients clés, car plus d’un cinquième  (21 %) d’entre eux ne sont rarement ou jamais consultés sur les décisions stratégiques de l’entreprise.
Ce manque de participation à la prise de décision et d’influence se ressent au sein des organisations, puisque seulement 45 % des dirigeants de terrain se sentent valorisés par leur entreprise, contre  80 % de leurs homologues au siège.

« S’il y a une chose que la pandémie nous a apprise, c’est le rôle vital des dirigeants et des travailleurs de terrain. Ils sont au coeur de chaque organisation, relayant des informations capitales depuis le siège et transmettant des informations du client à l’entreprise.

Cependant, cette étude nous a montré qu’ils ont du mal à se faire entendre. Les comportements des consommateurs évoluant si rapidement en fonction des restrictions gouvernementales, le fait de donner aux responsables de terrain les moyens de disposer des canaux d’information et de communication adéquats permettra non seulement de garantir que la santé et la sécurité des employés et du public sont prioritaires et maintenues, mais aussi que les entreprises peuvent fonctionner de manière productive.

Nos dirigeants de terrain n’ont peut-être pas de bureaux, mais ils ne doivent pas être sans voix », a déclaré Julien Lesaicherre, Directeur Monde de Workplace from Facebook.

Parmi les autres résultats clés de la recherche, on peut citer :

  Le manque de connexion diminue, mais est toujours présent :

Il est encourageant de constater que non seulement, les dirigeants de terrain estiment que le manque de connexion avec les dirigeants du siège a diminué de  61 % à 25 % pendant la pandémie, mais aussi que  64 % d’entre eux estiment que les dirigeants du siège comprennent mieux les difficultés qu’ils rencontrent dans leur travail depuis qu’ils sont à distance. Mais les dirigeants du siège ne pensent pas la même chose et ne sont que 24 %  à estimer mieux comprendre leurs homologues de terrain après avoir travaillé à distance.

● L’importance de la communication malgré sa partialité au bureau : 

Pour y remédier, les dirigeants de terrain (54 %)  et du siège (66 %)  s’accordent sur la nécessité de communiquer encore plus régulièrement. Pourtant, les outils utilisés par les deux groupes rendent cette tâche difficile aujourd’hui. Pour les responsables de terrain, les SMS et les appels sur des appareils personnels ont été les méthodes les plus fiables de communication interne pendant la crise. En revanche, les dirigeants du siège ont utilisé le courrier électronique de l’entreprise (93 %)  , contre seulement 27 %  des cadres de terrain. En effet, plus de la moitié (60 %)  des dirigeants de sièges sociaux reconnaissent que la pandémie a mis en évidence le caractère « partial » de leur approche de communication.

La mauvaise communication nuit à la sécurité et à la productivité : 

À un moment où le partage d’informations sur des questions telles que la sécurité est primordial, plus de la moitié (56 %)  des dirigeants de terrain ne reçoivent pas d’informations importantes du siège social à cause des différences de canaux de communication.
Ce qui a également un impact sur la productivité. Aujourd’hui, les responsables de terrain estiment qu’ils perdent en moyenne 408 heures par an  à cause du manque de communication avec le siège social, soit l’équivalent de 11,7 semaines de travail par an. Victor Lugger, co-fondateur de Big Mamma, explique : « Nos directeurs de restaurant ontété de véritables super-héros dans la réouverture en toute sécurité de nos restaurants et du marché alimentaire à Londres et en France »,  a déclaré « Comme dans le sport, une bonne communication et un bon moral sont des ingrédients importants pour diriger une équipe gagnante. Les responsables de terrain sont essentiels à cet égard : ils font circuler l’information, veillent à ce que leurs coéquipiers se sentent en confiance dans ces nouvelles circonstances et transmettent les principaux commentaires des clients.

L’objectif est toujours de s’assurer que nous faisons le maximum et que nous offrons à nos clients le meilleur moment de leur journée. Workplace from Facebook nous a beaucoup aidé à rouvrir le plus sûrement possible et a renforcé les liens au sein de notre équipe ».

Julien Lesaicherre ajoute : « La clé est de donner la priorité à l’expérience des employés d’une manière qui soit inclusive, productive et ouverte aux nouvelles idées. Le verrouillage a montré aux employés de bureau ce que c’est que de travailler dans des équipes dispersées, et nous avons maintenant une occasion unique de faire en sorte que chacun dans une organisation se sente connecté, investi et responsabilisé »  .

Le rapport de 2020 “À chacun sa voix »  souligne que des efforts doivent être fait par les organisations pour combler les lacunes en matière de communication, d’autonomisationet de culture, à commencer par connecter le terrain et le siège sur une plateforme unique et partagée. En ce sens, Workplace from Facebook appelle les organisations à aller plus loin et à se demander comment favoriser une culture, dans laquelle une meilleure connexion mènera directement à une plus grande autonomisation et à de meilleurs résultats commerciaux.