Quel impact l’IA peut-elle avoir sur les RH ?

1139

Quel impact l’IA peut-elle avoir sur les RH ?

par Lumesse, spécialiste de la gestion des talents

On entend parler de la théorie de l’évolution depuis le 19ème siècle. Et il ne fait aucun doute que le monde dans lequel nous vivons n’est plus le même qu’il y a dix ans.
La révolution de l’intelligence artificielle (IA) est en train de nous faire vivre une nouvelle étape de la Théorie de l’évolution de Darwin. L’épisode de l’émission Panorama de la BBC intitulé « Could a Robot Do My Job? » a amené de nombreux spectateurs à se demander si la possibilité qu’un robot fasse leur job est réaliste à court terme ou dans un avenir plus lointain. Et alors que certains s’inquiètent des risques que pourraient poser des machines malveillantes douées d’intelligence artificielle, une étude récente a démontré que la menace d’un chômage de masse est bien plus à craindre. En effet, après avoir remplacé les humains à de nombreux postes d’ouvriers peu qualifiés, les machines sont en train de devenir tellement plus intelligentes et efficaces qu’elles commencent à se substituer aux salariés à des postes plus évolués.

Ces 15 dernières années,  l’automatisation a supprimé au moins 800 000 jobs rien qu’au Royaume-Uni, la plupart dans le secteur de la fabrication industrielle, mais aussi de nombreux emplois impliquant des tâches répétitives en front- et en back-office (pensez aux machines de traitement des appels, aux guichets de la poste ou aux caisses des supermarchés, par exemple). Les services RH adoptent méthodiquement les progrès des technologies informatiques pour apporter des avantages concrets et une valeur stratégique à leurs organisations. Mais il apparaît que les RH ont pour le moment préservé la dimension ‘humaine’ de leur métier.

Une étude de Bersin montre que les services RH ont intégré les avancées des outils et programmes analytiques pour pouvoir analyser les énormes quantités de données disponibles, relatives aux salariés, aux clients et aux transactions. Ces dix dernières années, la technologie a révolutionné notre façon de travailler et de faire des affaires, les ordinateurs simplifient les opérations de traitement et d’analyse de gros fichiers de données et ils apportent une aide précieuse aux responsables RH, du traitement de la paye aux services proposés aux salariés en libre-accès.

Les premières graines de l’IA sont déjà plantées.
Des machines exploitent un hôtel futuriste au Japon, qui a déjà accueilli ses premiers hôtes. 90% des opérations liées au fonctionnement de l’hôtel devraient être confiées à des robots et 10% seulement continueraient d’être assumées par des salariés. A mesure que l’IA poursuit sa quête de domination de certaines industries, de nombreuses entreprises renforcent leur utilisation de l’automatisation pour améliorer leurs processus opérationnels et gagner en efficacité. La nouvelle révolution menée par des robots plus intelligents et plus puissants va continuer de remplacer les emplois actuels mais elle va aussi créer de tous nouveaux secteurs d’activité.

Les avantages potentiels d’une main d’œuvre numérique sont énormes. Tout d’abord, les entreprises vont pouvoir produire 24h/24, sans risque d’erreur humaine, et réduire leur dépendance à l’humain pour faire des économies de coûts et générer davantage de chiffre. Deuxièmement, la possibilité d’accroître l’efficacité des process de modèles opérationnels obsolètes va donner lieu à des gains de compétitivité et permettre d’envisager de nouveaux business models.

Toutefois, même si les craintes que des machines prennent le dessus sont légitimes, il y a encore des fonctions que seuls des humains peuvent assumer. Dans les professions comme celle de la gestion des RH, il serait extrêmement difficile à des robots de remplacer les humains seuls capables d’empathie, de compétences non techniques, d’intuition et d’intelligence émotionnelle.

D’autres secteurs que celui des RH avec une dimension humaine, comme les professions de la santé et de l’enseignement, intègrent des avancées technologiques qu’elles utilisent en complément des activités humaines pour apporter des bienfaits au salarié, au patient ou apprenant et à la société en général. Les nanotechnologies couplées à l’IA aident les professionnels de la santé à améliorer la sécurité sur le lieu de travail. Même si des robots peuvent travailler de longues heures sans se fatiguer et enchaîner les mêmes tâches répétitives sans commettre d’erreur, il n’en demeure pas moins qu’il faut que des humains surveillent les opérations pour résoudre les problèmes le cas échéant. Dans ce sens, l’automatisation a ses propres limites et les robots ne peuvent pas tout faire.

L’accumulation de données et les capacités analytiques rendues possibles par l’automatisation décisionnelle sont les avantages que retirent nombre de professions.
Les entreprises savent mieux traiter le Big Data et établir des prévisions des changements rapides de la demande et des attentes sur leurs marchés ; ce qui aurait pris des semaines aux analystes peut désormais être réalisé en quelques minutes. Ainsi, les professionnels peuvent consacrer davantage de temps à étudier les insights qui ressortent de l’analyse des données. Les entreprises vont désormais devoir mettre en relation leurs salariés et les sources d’information pertinentes et l’IA continuera d’être mise à profit pour produire des conceptions complexes et des fonctions plus abouties, un service de qualité supérieure et de meilleures garanties de sécurité pour aider les humains au quotidien.

Une étude de Deloitte a récemment révélé que la technologie a créé plus de jobs ces 144 dernières années qu’elle en a détruits, ce qui illustre les capacités de l’humanité à s’adapter pour survivre et prospérer. A ce stade, les innovations technologiques font que l’on a moins recours aux êtres humains pour des travaux de force et qu’ils s’investissent davantage dans les soins et les services à la personne. Vous vous demandez peut-être ce qu’il faut en déduire pour les professionnels des RH ? Comme l’a dit Darwin : « Les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux aux changements ». Une chose est certaine, les professionnels des RH doivent continuer d’accepter les changements et d’adopter les avancées technologiques car c’est l’occasion de libérer du temps et des ressources au service des intérêts de l’organisation.