Pourquoi l’IA va transformer la gestion des contenus ?

179

Quand 81 % des responsables en entreprises pensent que l’IA va révolutionner la gestion des contenus

A  l’heure où l’AI Act vient tout juste d’être adopté par le Parlement Européen, l’intégration et l’exploitation de l’intelligence artificielle (et ses technologies dérivées) sont au cœur des débats au sein des entreprises.

Hyland, un des principaux fournisseurs internationaux de solutions de contenu intelligentes, annonce les résultats de sa nouvelle étude internationale sur les évolutions de la gestion de contenu en entreprise.
Menée par Forrester Consulting, cette étude souligne la place prépondérante de l’automatisation et de l’IA dans l’évolution de la gestion de contenu d’entreprise.

Réalisée auprès de plus de 400 décideurs d’entreprise à travers le monde, Hyland partage également son analyse ainsi que des conseils pour permettre aux entreprises d’appréhender au mieux l’IA pour leurs processus de gestion de contenu.

Trop d’outils tuent l’outil 

Pour les entreprises, la gestion de contenu améliore les processus en entreprise. Aujourd’hui, les dirigeants souhaitent créer un environnement pour que les différentes parties prenantes (internes et externes) puissent accéder et interagir avec des contenus en toute transparence. L’objectif étant d’accroître la productivité et d’améliorer l’expérience des utilisateurs.

Cependant, il est difficile de trouver un équilibre entre l’accessibilité, la convivialité, la pertinence, la collaboration, la sécurité et les performances ; d’autant plus que le volume et la diversité des contenus ne cessent d’augmenter. De ce fait, les dirigeants peuvent se tourner logiquement vers l’automatisation et l’IA. En effet, plus de 60 % des répondants estiment que l’automatisation et l’IA ont un impact conséquent et leur permettent d’atteindre leurs objectifs.

Identifier le potentiel de l’IA 

Grâce au succès de ChatGPT, l’IA et l’IA Générative connaissent une certaine renommée. Toutefois, si les professionnels reconnaissent la capacité de ces technologies à bouleverser leur secteur, ils leur aient difficile d’identifier clairement leur véritable potentiel.
En effet, 81 % des répondants pensent que l’IA va révolutionner les processus de gestion de contenu d’ici deux à trois ans.
Pour creuser la question, les décideurs étudient plusieurs cas d’utilisation de l’IA selon cette même étude Forrester : plus de 50 % d’entre eux souhaitent tirer parti de la génération de contenu et d’images, de la catégorisation automatique, et de la recherche intelligente d’ici 2024-2025. Pourtant, un problème demeure : la gouvernance des données.
Lorsqu’elles sont générées et gérées par l’IA, ces données créent des vulnérabilités en matière de sécurité et de protection de la vie privée.
D’ailleurs, avec le manque d’expertise (pour 52 % des répondants), ces derniers sont considérés comme les principaux obstacles (51 %) qui empêchent les dirigeants de tirer parti de l’automatisation intelligente.

Ainsi, sur la base de ces résultats, Hyland partage 3 conseils clé pour que l’intégration et l’utilisation de l’IA (et de ses technologies dérivées) se fassent au mieux au sein de l’entreprise.

Identifier et traiter les opportunités de modernisation 

En effet, l’innovation est un voyage, non une destination.
Alors que l’innovation technologique se poursuit sur le marché des services de contenu et que les décideurs sont de plus en plus confiants quant à l’utilisation de l’automatisation et l’IA, ils doivent rester à l’affût des nouvelles opportunités pour continuer à faire évoluer leur environnement.

Le premier chantier d’amélioration concerne généralement celui de l’expérience utilisateur des clients et des salariés. Pour cela, il faut explorer les différents domaines dans lesquels l’IA peut opérer tels que l’extraction de données, la catégorisation ou la génération de contenu pour créer, résumer ou fournir des informations à des publics pertinents.
En lien plus direct avec l’utilisateur final, on peut également envisager l’amélioration de l’accès aux contenus, la digitalisation des processus manuels et la consolidation des données pertinentes provenant de sources multiples.
Si l’objectif final reste de supprimer des tâches fastidieuses et de permettre aux utilisateurs de se concentrer sur des missions à plus forte valeur ajoutée, le champ d’intégration et d’application de l’IA dans les processus devient alors infini.

  • Ne pas avoir peur des différentes technologies qui viendraient enrichir le contenu mais plutôt préparer leur arrivée 

Une pénurie de contenus est rarement un problème – mais une pénurie de contenu fiable, accessible et utilisable dans des applications connexes peut l’être.
Pour éviter cette déconvenue, l’évaluation des outils capables d’extraire des données utiles et des informations contextuelles (à partir de différents types de documents) est une première étape dans l’enrichissement des métadonnées, qui viendront à leur tour, participer à la préparation de la transition vers l’IA.

  • Veiller à ce que la gouvernance des données suive le rythme de l’innovation 

L’adoption de l’IA (et de l’IA Générative) ouvrira la voie à de nouvelles approches en matière de création, de révision et d’automatisation de contenu.

Toutefois, les politiques de sécurité, de confidentialité, de stockage ou de suppression des données doivent être prises en compte et accompagner le bon fonctionnement des processus, notamment lorsque de nouvelles sources d’information sont intégrées. Pour cela, il faut mettre en place des contrôles d’autorisation et veiller à ce que les politiques (qui indiquent quand et où utiliser les différentes applications d’IA Générative) soient communiquées aux salariés.