Facebook, Istagram, Twitter, Google… comment prendre le contrôle de son patrimoine numérique ? 

73

Comment prendre le contrôle de son patrimoine numérique tout au long de sa vie et au delà ?

Selon Benoit Grunemwald Expert en Cyber sécurité chez ESET France

Avez-vous réfléchi à ce qu’il adviendra de votre existence numérique après votre décès ? Voici comment mettre de l’ordre dans vos affaires numériques sur Facebook, Google, Twitter et autres principaux services en ligne.

 Ce n’est pas facile à dire, mais nous allons tous mourir un jour. Et une fois mort, pourquoi devrions-nous nous soucier de notre présence sur les réseaux sociaux ? Si nous ne planifions pas ce qu’il adviendra de notre empreinte numérique, c’est à nos proches qu’il reviendra de passer par ce processus douloureux. En plus de leur chagrin et des formalités administratives habituelles, ils devront s’occuper des comptes Facebook, Twitter, Apple ou autres que vous possédiez. Ainsi comment gérer notre héritage numérique en amont ?

1.       Facebook : Si vous avez un compte sur Facebook, vous avez certainement partagé beaucoup de photos, de réflexions et de moments qui vous sont chers. Facebook propose deux voies différentes en cas de décès. Vous pouvez choisir de faire supprimer votre compte après votre départ.
C’est une demande que vous faites à Facebook et que personne ne pourra modifier. Il faut toutefois pour cela que quelqu’un envoie une photo de votre certificat de décès à Meta pour l’informer de votre décès. Vous pouvez aussi choisir un contact qui s’occupera du compte honorant votre mémoire. Il doit s’agir d’une personne en qui vous avez confiance et qui est prête à gérer votre profil, vos messages d’hommage… Gardez cela à l’esprit afin de choisir la bonne personne. Que vous décidiez que votre profil soit supprimé ou que quelqu’un s’en charge, discutez-en à la personne qui selon vous pourrait le faire. Prenez en considération le chagrin qu’elle va éprouver et demandez-lui si elle pense être on mesure de le faire. Ce contact doit pouvoir accéder à votre certificat de décès et disposer d’un compte Facebook.

2.       Instagram : Les utilisateurs d’Instagram ne sont pas en mesure de décider eux-mêmes de la suppression de leur compte. Un compte peut être commémoratif à la demande d’une personne autorisée ou d’un membre de la famille en possession d’un certificat de décès, mais personne ne sera en mesure de gérer vos photos, vos vidéos ou vos paramètres de confidentialité. Cela dit, les conditions d’utilisation d’Instagram sont claires : Vous êtes propriétaire de votre contenu, mais vous accordez la permission à Instagram de l’utiliser comme bon lui semble. Si personne ne peut supprimer votre compte après votre décès, Instagram peut toujours faire valoir son droit d’utiliser votre contenu.

3.       Google : Il est fort probable que vous utilisiez de nombreux services de Google. Et si vous possédez un téléphone Android, ces comptes sont sans doute remplis de documents importants et de photos mémorables. Pour éviter que vos informations importantes ne deviennent inaccessibles, vous pouvez activer la fonction de gestion des comptes inactifs de Google. Google sera désormais en mesure de détecter l’inactivité de votre compte et d’émettre un lien téléchargeable vers un contact que vous aurez préalablement choisi. Vous décidez de la période déterminant votre inactivité, tout comme les données qui peuvent être téléchargées.

Enfin, vous pouvez également décider de la suppression de votre compte trois mois après qu’il ait été partagé avec le contact chargé de votre succession. Cela implique toutefois que la totalité de votre contenu sera supprimée, y compris les vidéos YouTube ou les articles de blog, une raison pour laquelle tout le monde ne souhaite pas activer cette option. Par ailleurs, si vous décidez de ne pas laisser d’instructions, les membres de votre famille ou votre représentant légal pourront demander la suppression du compte, et même de certaines données ou fonds.

4.       Microsoft : Microsoft ne fournit aucun outil spécifique vous permettant de gérer votre cyber-héritage, ni à un membre de votre famille de demander la suppression de son compte. Microsoft supprimera toutefois les comptes conformément à une décision de justice. La seule exception concerne les clients en Allemagne, dont les successeurs légaux peuvent contacter le service clientèle de Microsoft et demander la fermeture du compte, s’ils sont en possession d’un certificat de décès et d’autres documents.

5.       Twitter : Twitter n’a pas mis en place de politique vous permettant de décider de ce qu’il adviendra de votre compte après votre décès. Au lieu de cela, il permettra à un membre de la famille ou un représentant autorisé de contacter Twitter et de demander la suppression de votre compte. La plateforme demandera un exemplaire de votre certificat de décès ainsi que la carte d’identité du demandeur et éventuellement quelques informations supplémentaires.

6.       Apple : Apple a introduit en 2021 la possibilité de choisir un contact légataire. Cette fonction n’est disponible que pour les personnes de plus de 13 ans et présente quelques limitations techniques : Vous devez disposer d’un identifiant Apple actif sur un appareil disposant d’au moins iOS 15.2, iPadOS 15.2 ou macOS Monterey 12.1. L’authentification à deux facteurs doit également être activée pour votre identifiant Apple. Si vous remplissez les conditions requises, vous pouvez effectuer cette opération sur votre appareil en cliquant sur l’icône Apple ID dans le menu Paramètres, en sélectionnant « Mot de passe et sécurité » et, enfin, en sélectionnant « Contact légataire ». Cela générera une clé d’accès sous forme de code QR que vous pourrez envoyer par messages ou imprimer, et remettre à la personne que vous avez choisie. Le jour venu, elle pourra demander un accès sur le web ou directement sur un appareil iOS ou macOS. Apple demandera également un certificat de décès avant d’accorder l’accès au compte.

7.       PayPal : Si le processus est assez standardisé pour la plupart des banques classiques hors ligne, les gens sont moins habitués aux processus des comptes numériques de services tels que PayPal. Comme pour les autres plateformes,

PayPal ne peut accepter les instructions d’un exécuteur ou d’un administrateur autorisé de la succession du défunt pour fermer un compte et transférer des fonds. Outre le certificat de décès, le représentant légal devra également avoir une preuve de sa capacité par le biais d’une directive anticipée ou d’un document délivré par l’État. Enfin, le solde restant peut être transféré sur un autre compte PayPal ou émis sous forme de chèque.

C’est un processus pas facile psychologiquement. Mais cela ne prendra pas plus d’une heure, et il n’y aura ensuite plus à y penser. Vous pouvez peut-être vérifier vos contacts tous les cinq ans pour vous assurer que la personne que vous avez choisie est toujours aussi proche de vous que lorsque vous lui avez accordé le pouvoir, et la responsabilité, de décider de ce qu’il faut faire de votre existence virtuelle.